Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : deuxième vague de coronavirus en France, que disent les chiffres ?

-
Par , France Bleu
France

Alors qu'Olivier Véran, ministre de la santé assure que le système hospitalier est prêt, plusieurs établissements de santé s'inquiètent face à l'arrivée de nouveaux patients en réanimation. Le taux de positivité augmente depuis le début du mois ainsi que le nombre de patients en réanimation.

Panneaux modifiés indiquant un service de réanimation supplémentaire face à l'épidémie de coronavirus, le 24 septembre à l'hôpital du Mans
Panneaux modifiés indiquant un service de réanimation supplémentaire face à l'épidémie de coronavirus, le 24 septembre à l'hôpital du Mans © Radio France - Alexandre Chassignon

Est-on en train de voir déferler la deuxième vague de coronavirus ? L'indicateur de nouveaux cas positifs enregistre un petit repli ce début de semaine, avec 4.070 malades détectés en 24 heures, c'était près de 11 000 cas recensés la veille. Depuis la fin de l'été, les différentes courbes des contaminations, admissions à l'hôpital et en réanimation augmentent. Le taux de positivité des tests PCR est aussi mis en avant par Santé Publique France : il s'établit ce mardi 29 septembre à 7,5% contre 4,3% au début du mois de septembre.

Certains hôpitaux appellent à l'aide

Les équipes des hôpitaux de l'AP-HM de Marseille signent une lettre ouverte pour réclamer plus de moyens : "Nous ne voulons pas avoir à choisir les malades". Là-bas, la moitié des lits de réanimation sont occupés par des patients Covid et une partie des opérations non urgentes est reportée pour faire face à un afflux de malades.

Même chose dans les hôpitaux parisiens, où 20% des opérations courantes sont reprogrammées. Le chef des urgences de l'hôpital Pompidou exhorte le gouvernement à commander 10 000 respirateurs et à réquisitionner des hôtels pour isoler les cas positifs.  

Quels chiffres en réanimation ? 

Aujourd'hui, on compte 1.158 personnes en réanimation pour Covid-19. Lors du confinement, le 17 mars dernier, le gouvernement comptait 699 cas en réanimation, avant un pic le mois suivant, le 8 avril avec 7.148 malades dans les services de réa. Le 11 mai, au moment du déconfinement, ils étaient 2.712. Pour une partie des scientifiques, des médecins et des professionnels de santé, il faut stopper la "politique du chiffre" et les comparaisons entre la première et une hypothétique seconde vague : ils sont 300 à signer un tribune sur le site Médiapart, "Il est urgent de changer de stratégie sanitaire face à la Covid-19". 

Selon eux, la deuxième vague est un scénario catastrophiste, basé sur de faux indicateurs, dont le taux de positivité : si on teste plus, on détecte plus de malades dans une petite partie de la population, que nous n'avions pas la capacité de tester en mars dernier. Ils soulignent que depuis le 1er mai, l'INSEE ne constate plus d’excédent de mortalité en France par rapport à 2019.  

Pour le ministre de la santé Olivier Véran, les hôpitaux ne sont pas saturés : 12.000 lits seront disponibles (avec un objectif total de 14.000)si l'épidémie repart comme au printemps, et si jamais la maladie devait se propager encore plus, il n'écarte pas la possibilité de restreindre nos déplacements à la Toussaint.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess