Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 en Côte-d'Or : la colère toujours forte des "exclus" du Ségur de la santé

-
Par , France Bleu Bourgogne

Six mois après le Ségur de la santé, des professionnels côte-d'oriens du secteur médico-social réclament toujours une reconnaissance de la part de l'Etat, accordée au reste de leurs collègues en juin dernier.

Les personnes du médico-social ne sont pas prêts à lâcher face au gouvernement
Les personnes du médico-social ne sont pas prêts à lâcher face au gouvernement © Maxppp - Bruno Levesque

Nouvelle manifestation organisée ce mardi à Dijon, une dizaine de personnes réunies devant le conseil départemental pour réclamer une hausse des salaires de 183 euros par mois, au même titre que les soignants et personnels hospitaliers. Cela concerne des professionnels du médico-social et de l'accompagnement des personnes en difficulté. Une incompréhension, et même une profonde injustice pour Pauline Ruck, elle est psychomotricienne, au centre de ressources autisme du CHU Dijon - Bourgogne : 

"Nous sommes des agents hospitaliers à part entière, on appartient au pôle pédiatrie, on est assujettis aux droits et devoirs de la fonction publique hospitalière, mais parce qu'au niveau administratif, notre unité est rattachée au secteur du médico-social, au champ du handicap, on est exclus, et on ne touche pas cette revalorisation de 183 euros. On est quinze agents hospitaliers rattachés au CHU Dijon Bourgogne, sur 8.000 agents, à ne pas l'avoir, sachant que nos budgets et nos salaires sont calculés sur les grilles indiciaires de la fonction publique hospitalière."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess