Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : Gwenn, Quimpéroise, volontaire pour tester les vaccins

-
Par , France Bleu Breizh Izel, France Bleu

Cette retraitée de 60 ans n'a pas hésité à répondre à l'appel à volontaires de l'Inserm pour tester un des vaccins contre la Covid-19. Malgré un cancer, elle a à cœur de faire avancer la recherche.

Gwenn n'a pas eu besoin de réfléchir avant de se porter volontaire pour tester un vaccin contre le Covid-19.
Gwenn n'a pas eu besoin de réfléchir avant de se porter volontaire pour tester un vaccin contre le Covid-19. © Radio France - Sarah Calamand

C'est en écoutant les informations que Gwenn, 60 ans, a découvert l'appel à volontaire de l'Inserm. L'Institut national de la santé et de la recherche médicale espère réunir 25.000 personnes pour tester l'un des projets de vaccin contre le Covid-19. Jeunes, moins jeunes, sains ou malades, tous les profils de personnes sont recherchés. 

Atteinte d'un cancer du côlon, Gwenn se sent concernée par les problématiques de santé. Cette retraitée vit seule à Quimper, et le souvenir du confinement a fini de la décider : "Je ne l'ai pas trop mal vécu, car j'ai été accompagnée par des amis au téléphone ou par mails, raconte-t-elle. Mais physiquement, c'était dur de ne pas se voir. Si ça devait durer, ce serait compliqué."

"C'est un risque, et je le prends"

Gwenn cumule déjà les tests et examens dans le cadre du traitement de son cancer. Alors, un essai clinique de plus ne lui fait pas peur : "Il peut y avoir une injection ou 12... Et des effets secondaires. J'en ai déjà eu lors de ma chimiothérapie, je ne m'y attendais pas du tout. Alors, c'est un risque, et je le prends." 

"Quand on est sollicité par des médecins, pour faire avancer la recherche, il faut aider."

Sur la plateforme dédiée de l'Inserm, baptisée "Covireivac", l'inscription est simple. "J'ai entré mon identité, ma date de naissance, détaille Gwenn. Puis on m'a donné un mot de passe et j'ai reçu un code par SMS qui me donnait 30 minutes pour répondre à un questionnaire sur mon état de santé." La sexagénaire a ensuite reçu une notice d'information par mail, qui détaille ses droits, notamment de rétractation. Si l'Inserm retient sa candidature, elle sera contactée pour connaître la marche à suivre. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess