Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : "Il est probable que nous ayons tous acquis une forme d'immunité collective", indique Olivier Véran

-
Par , France Bleu, France Bleu Isère

Invité de France Inter ce lundi, Olivier Véran, ministre de la Santé, a indiqué qu'il était "probable" que les Français aient acquis une forme d'immunité collective grâce à la vaccination et à la grande contagiosité du variant Omicron. Il précise qu'il s'agit "peut-être" de la dernière vague.

Selon Olivier Véran, il est probable que cette vague soit la dernière de l'épidémie de Covid
Selon Olivier Véran, il est probable que cette vague soit la dernière de l'épidémie de Covid © AFP - Eliot BLONDET

Alors qu'en ce lundi 3 janvier de rentrée scolaire, de nouvelles mesures entrent en vigueur pour lutter contre l'épidémie de Covid-19, Olivier Véran indique qu'il est "probable que nous ayons tous acquis une forme d'immunité collective". Invité de France Inter ce lundi matin, le ministre de la Santé, précise que cela pourrait être rendu possible grâce à l'importante couverture vaccinale, combinée à la très grande contagiosité du variant Omicron. 

Selon lui, à l'issue de la première vague, alors qu'il n'y avait pas encore de vaccin, "4 à 5% de la population avait atteint une forme d'immunité", alors qu'à "l'issue de la vague Omicron", l'immunité sera "largement supérieure à 50%, voire quasiment de l'ordre de 100% avec la vaccination".

Olivier Véran a également annoncé, prudent, qu'il s'agissait "peut-être" de la "dernière des vagues" du Covid-19. Néanmoins, le ministre a indiqué que les contaminations allaient "continuer à augmenter dans les prochains jours" car "la circulation d'Omicron est très élevée, et elle l'est sur toute la planète. On n'a jamais enregistré autant de contaminations de par le monde". 

"Pour l'instant, je ne vois pas de ralentissement de la circulation d'Omicron", a poursuivi Olivier Véran, alors que "nous sommes sur un plateau élevé de circulation du Delta". Les contaminations vont donc "continuer à augmenter dans les prochains jours", a-t-il insisté, estimant que l'on allait "passer un mois de janvier difficile à l'hôpital". 

20.000 lits occupés par des patients Covid

Selon Olivier Véran, le variant Omicron va continuer de "remplir nos hôpitaux", ainsi que l'arrivée d'autres pathologies saisonnières, comme la grippe ou les gastroentérites. "Sur 400.000 lits de médecine que comptent nos hôpitaux, 20.000 sont déjà occupés par des patients Covid, avant même la vague Omicron", indique le ministre de la Santé. Tout en précisant que pour l'instant, Omicron "provoque moins" d'hospitalisation en réanimation. 

Olivier Véran a tenu à saluer la mobilisation des pharmacies et des laboratoires pendant les fêtes. "On a fait près de 8 millions de tests en une semaine pendant les fêtes, un million par jour, nous sommes un des pays qui teste le plus", a-t-il assuré. 

Une 4e dose pas à l'ordre du jour 

Enfin, sans "pouvoir le dire avec assurance", Olivier Véran a indiqué que la question de la 4e dose allait "se poser assez vite pour les personnes fragiles dans notre pays", ciblant les personnes "immunodéprimées ou très âgées". Le ministre de la Santé a assuré que l'exécutif attendait les données d'Israël, seul pays à avoir "timidement" autorisé la 4e dose "aux personnes fragiles", ainsi qu'aux plus de 60 ans et le personnel soignant, pour décider si la France l'autoriserait ou non.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess