Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : la concentration du virus en baisse dans les eaux usées d'Ile-de-France

-
Par , France Bleu Paris, France Bleu

La concentration du Covid-19 dans les eaux usées en Ile-de-France est en baisse depuis la semaine du 22 mars selon le réseau Obépine, chargé de la surveillance du virus.

L'analyse des eaux usées en Ile-de-France montre une baisse de la concentration du virus depuis le 22 mars
L'analyse des eaux usées en Ile-de-France montre une baisse de la concentration du virus depuis le 22 mars © Radio France - Lucie THUILLET

Ce sont des résultats encourageants. Les derniers relevés réalisés dans les eaux usées d'Ile-de-France montrent une diminution de la concentration de Covid-19 indique le professeur Vincent Maréchal sur France Info dimanche matin. "Nous avons quelques signaux très positifs qu'on n'avait plus l'habitude de voir", explique le professeur de virologie à Sorbonne Université et co-fondateur du projet Obépine (Observatoire épidémiologique dans les eaux usées). 

Sur les trois stations suivies par le réseau, les scientifiques ont observé une diminution du Covid-19 dans les eaux usées depuis la semaine du 22 mars. "C'est un signe encourageant qui est assez bien corrélé aux données qu'on a sur les données épidémiologiques d'incidence notamment, et de taux de positivité des dernières semaines", note Vincent Maréchal. Vendredi, Santé Publique France notait également dans son bulletin journalier, un ralentissement de la circulation du virus en Ile-de-France.

"Ces données sont toutefois encore fragiles, parce qu'on reste sur des niveaux très élevés", prévient Vincent Maréchal. Malgré tout, c'est la première fois depuis la dernière semaine de janvier qu'on observe un changement de tendance. Le professeur de virologie estime que cette baisse est "probablement" liée au effets combinés des mesures de reconfinement à partir du 18 mars. "Et puis, quelque chose qu'il ne faut pas négliger, c'est l'impact psychologique des annonces sur les populations. Il y a très probablement une prise de conscience plus large maintenant de la nécessité d'en finir. Les gestes barrières sont sans doute mieux respectées, donc je pense que c'est un peu une combinaison de différents paramètres."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess