Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : dans l'Indre, l'Assurance Maladie aide les personnes de 75 ans et plus à se faire vacciner

-
Par , France Bleu Berry

Depuis le 2 avril, des agents de la Caisse primaire d'assurance maladie de l'Indre contactent les personnes âgées de 75 ans et plus. Objectif : faciliter la prise de rendez-vous dans un centre de vaccination anti-Covid. Mais le but n'est surtout pas de forcer la main.

67,1 % des 75 ans et plus ont reçu une première dose de vaccin anti Covid dans l'Indre
67,1 % des 75 ans et plus ont reçu une première dose de vaccin anti Covid dans l'Indre © Radio France - Jérôme Collin

Pas facile d'obtenir un rendez-vous pour se faire vacciner contre le Covid-19. Certains passent des dizaines et des dizaines de coups de fil sans y parvenir. C'est souvent encore plus difficile pour les personnes âgées, isolées, sans accès à Internet. Depuis le 2 avril, l'Assurance Maladie de l'Indre propose un accompagnement pour les 75 ans et plus. Des appels sont passés à plus de 2 200 personnes qui n'ont toujours pas été vaccinées. L'objectif est de faciliter la prise de rendez-vous. "On est déjà à 150 appels passés et notre objectif est d'avoir contacté tout le monde fin avril", souligne Farida Messin, qui pilote cette campagne d'appels pour la CPAM de l'Indre. "L'outil numérique peut être un frein pour les plus de 75 ans, nous on est là pour les aider", ajoute-t-elle.

Pas de vente forcée de la vaccination mais un accompagnement

Dans un bureau, Nawel Bouchetout a une main sur le téléphone et l'autre pour parcourir le fichier des personnes à contacter. Au bout du fil, les réponses sont variables. Certains refusent, d'autres hésitent. "On n'est pas dans le jugement, on ne demande jamais pourquoi. On n'est pas là pour vendre la vaccination ou pour forcer la main", insiste Nawel Bouchetout. Son aide est extrêmement précieuse pour les personnes qui acceptent de se faire vacciner. C'est elle qui compile toutes les informations nécessaires à la prise de rendez-vous.

Suzanne vit près d'Argenton-sur-Creuse. Elle cherche à obtenir un rendez-vous depuis de longues semaines. En vain. "Sur Internet, je n'osais pas le faire. J'avais peur d'appuyer sur une mauvaise touche et de devoir recommencer plusieurs fois", explique-t-elle. Le travail de la CPAM est un soulagement. Elle recevra une première injection de Pfizer fin avril. "J'attendais ça avec impatience. C'est une sécurité quand on a des enfants, petits-enfants et arrière petits-enfants, il faut aussi les protéger", indique Suzanne.

Dans l'Indre, la vaccination des 75 ans et plus progresse vite : 67,1% ont déjà reçu la première dose, c'est trois points de plus que la moyenne nationale. "On va vers les personnes qui peuvent avoir des difficultés pour les aider à prendre un rendez-vous. Ce n'est pas de la vente forcée. On vient en accompagnement, on se met au service", souligne Olivier Morin, directeur-adjoint de l'Assurance Maladie dans l'Indre.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess