Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : l'infectiologue savoyard Olivier Rogeaux "dubitatif" sur le couvre-feu généralisé à 18 heures

-
Par , France Bleu Pays de Savoie

Reconfiner totalement ou abaisser le couvre-feu partout à 18h pour enrayer une reprise de l'épidémie de Covid ? La seconde option semble désormais privilégiée par le gouvernement. L'infectiologue savoyard Olivier Rogeaux se dit "dubitatif" sur l'intérêt en Savoie et Haute-Savoie.

L'infectiologue Olivier Rogeaux
L'infectiologue Olivier Rogeaux © Radio France - Christophe Van Veen

Reconfiner totalement ou instaurer partout en France le couvre-feu à 18h ? La réponse sera apportée jeudi par le Premier ministre Jean Castex à l'issue d'un nouveau Conseil de défense mercredi à l'Elysée. Le scénario du couvre-feu renforcé semble privilégié par le Gouvernement, mais quel que soit celui retenu, un tour de vis supplémentaire parait désormais inévitable pour enrayer l'épidémie de Covid-19 qui ne faiblit pas, au contraire. 

En Savoie et Haute-Savoie, le nombre de contaminations est légèrement repartie à la hausse ces derniers jours, avec un taux d'incidence du virus autour de 200 cas pour 100.000 habitants. L'infectiologue savoyard Olivier Rogeaux se dit toutefois "dubitatif" sur l'intérêt du couvre-feu à 18h dans nos départements. 

France Bleu Pays de Savoie : Docteur Rogeaux, faut-il selon vous reconfiner ? 

Olivier Rogeaux : Je dirais que pour l'instant les chiffres en Savoie et Haute-Savoie sont entre deux eaux, on est sur un plateau qui a tendance à remonter très doucement. La situation à l'hôpital de Chambéry reste sous contrôle donc faut-il reconfiner de façon drastique ? Pas tout de suite à mon avis. Un intérêt à passer à un confinement à 18h au lieu de 20h ? Je suis un peu dubitatif vus les modes de vie que l'on a dans nos départements. 

C'est à dire ?

Il n'y a pas chez nous énormément de regroupements massifs entre 18h et 20h. Quelle va être la réelle valeur ajoutée ? Je le vois plutôt comme un signal d'alarme. On est dans une situation qui reste préoccupante, qui peut rebasculer à tout moment, donc pour moi l'intérêt est là, pour une vigilance encore plus renforcée. Il y a eu un peu de relâchement pendant les fêtes, les gens s'usent et se demandent jusqu'à quand ça va durer. Je ne suis pas persuadé qu'un couvre-feu à 18h aura un impact majeur sur les groupes d'incidence dans nos départements sans grosses métropoles. Il faut en revanche continuer à être hyper rigoureux sur le respect des gestes barrières. 

Peut-on aujourd'hui mesurer en Pays de Savoie les conséquences des fêtes de fin d'année ?

On saurait déjà si il y avait eu un rebond explosif pour Noël. Ce n'est pas le cas. Pour le jour de l'An, c'est encore un peu tôt mais on a l'impression qu'il y a une tendance à l'augmentation lente. On avait des chiffres autour de 150 en taux d'incidence avant le réveillon, on est aujourd'hui à 200 ou 220 dans la région. On est sur un faux plat montant,mais on ne peut pas parler d'explosion soudaine. On sait aussi qu'avec cette maladie il faut rester très prudent, surtout que l'on craint l'émergence du nouveau variant anglais qui ferait progresser très vite les taux d'incidence, étant donnée sa transmissibilité de 50 à 70% plus importante, avec des conséquences immédiates sur la tension hospitalière. 

Aujourd'hui quelle est la situation à l'hôpital de Chambéry ? On est loin du début de la deuxième vague ?

Je rappelle qu'on est montés jusqu'à un taux d'incidence de 1200 en Savoie, six fois plus élevé qu'aujourd'hui. On était à ce moment là très chargés au niveau hospitalier. Aujourd'hui ça se détend c'est vrai, mais on est en plateau. Clairement, on a autant d'entrées que de sorties liées au Covid. La pression reste présente et constante au niveau de la réanimation, avec presque 50% des lits occupés par des patients Covid. On peut dire que ça va mieux, mais la situation reste préoccupante. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess