Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : l'opération dépistage fait flop au Puy-en-Velay alors que le taux d'incidence remonte

L'ARS vient d'organiser ce samedi 17 avril une opération dépistage au Puy-en-Velay, dans un contexte où les contaminations remontent en Haute-Loire. Mais les Ponots ne se sont pas bousculés : seuls 29 se sont fait tester. Un flop qui reflète l'impression largement partagée d'être à l'abri du virus.

La salle Jeanne-d'Arc n'était pas prise d'assaut ce samedi matin pour l'opération dépistage.
La salle Jeanne-d'Arc n'était pas prise d'assaut ce samedi matin pour l'opération dépistage. © Radio France - Céline Autin

Le bilan est maigre pour cette nouvelle opération de dépistage gratuite organisée ce samedi matin par l'ARS dans la salle Jeanne-d'Arc du Puy-en-Velay, en Haute-Loire. Alors que le taux d'incidence remonte dans le département, seuls 29 Ponots et habitants du coin ont fait le déplacement. A l'extérieur, sur le marché, les passants avaient très clairement autre chose en tête. 

Des passages au compte-goutte dans la salle Jeanne-d'Arc

Les six médiateurs Covid mobilisés pour cette opération n'ont pas été débordés par l'affluence, même si en fin de matinée les patients à tester étaient un peu plus nombreux. Ce sont surtout des convaincus qui ont fait le déplacement, comme Pierre, 85 ans : "comme c'était près de chez moi, j'ai décidé de venir, je voulais savoir si j'étais négatif. Et c'est le cas !" Il en a même profité pour se renseigner sur la vaccination.

Ginette, elle, a fait le déplacement après avoir fait ses courses au marché : "il y a beaucoup de monde, et du coup je me suis dit que ce serait pareil ici ! Quand je suis arrivée, j'étais surprise du peu de gens venus se faire tester. On n'est pas à l'abri parce qu'on est dans une petite ville, ou au fin fond d'un village. On a tout ce qu'il faut pour se faire dépister, alors il faut le faire !"

C'est bien le message qu'a porté Christian, sapeur-pompier volontaire et médiateur Covid, sur le marché. Il a tenté de "ramener du monde" vers la salle Jeanne-d'Arc, mais il le souligne : "aujourd'hui, les gens sont davantage tournés vers les vaccins, puisqu'ils ont pris leur place, ça fonctionne, et ils prennent de l'ampleur. Après je n'insiste pas, les gens voient d'eux-mêmes si il est bon pour eux de se faire tester, s'il vont voir des amis, leur famille, ou avant des activités particulières le weekend." Il se félicite tout de même d'avoir détecté un cas positif au Covid sur les 29 personnes testées ce samedi.

Pour la plupart, l'heure n'est pas à l'inquiétude dans les rues du Puy-en-Velay

Dans les rues du Puy-en-Velay justement, rare sont ceux qui ont entendu parler de l'opération dépistage. Et il ne vient quasiment à l'idée de personne de passer y faire un tour. Les raisons données sont souvent les mêmes, autour de l'impression d'être à l'abri du virus : "je me sens en pleine forme, pourquoi irais-je me faire tester ?", "je viens de me faire vacciner, plus besoin de test",  "j'irai seulement si j'ai des symptômes ou si je suis cas contact", ou encore "je suis confiné toute la semaine, je ne vois personne, je ne crains rien".

Pour rappel, il est possible d'être porteur du coronavirus sans en avoir les symptômes. La vaccination, quant à elle, protège contre les formes les plus graves du Covid-19, mais la réduction de la contagiosité n'est pas certaine. Les contaminations continuent de grimper en Haute-Loire. Le taux d'incidence était de 352 nouveaux cas pour 100.000 habitants le 13 avril ; il est désormais de 369 pour 100.000 selon CovidTracker.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess