Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : la France entre dans une semaine décisive, les variants "changent complètement la donne"

-
Par , France Bleu

Le président du conseil scientifique s'inquiète de la circulation de variants du coronavirus en France, ce dimanche. Pour Jean-François Delfraissy, "il y a urgence". Le gouvernement va analyser la semaine prochaine les effets du couvre-feu avant de prendre une décision sur un éventuel reconfinement.

Jean-François Delfraissy lors de son audition au Sénat.
Jean-François Delfraissy lors de son audition au Sénat. © AFP - Thomas SAMSON

"Il faudra probablement aller vers un confinement" dont les conditions relèvent d'une "décision politique", pour faire face aux variants du coronavirus qui "changent complètement la donne" sanitaire en France, a déclaré dimanche 24 janvier le président du conseil scientifique Jean-François Delfraissy sur BFMTV.

"Il y a urgence", a martelé le médecin : "Plus on prend une décision rapide, plus elle est efficace et peut être de durée limitée. On est dans une semaine un peu critique", a-t-il ajouté.

La situation sanitaire va se dégrader

"On est le pays d'Europe actuellement, avec l'Italie, dans la meilleure situation sanitaire", a-t-il relevé. Mais "c'est une fausse sécurité, la situation ne va pas pouvoir perdurer" à cause des variants qui se répandent, a-t-il poursuivi. "Alors qu'on est dans une situation apparemment relativement stable, si nous continuons sans rien faire de plus, nous allons nous retrouver dans une situation extrêmement difficile, comme les autres pays (européens), dès la mi-mars", a-t-il prévenu.

Dans ce contexte, le confinement doit-il être strict comme au printemps 2020, ou doit-il permettre de laisser par exemple les écoles ouvertes comme en novembre ? "C'est une décision éminemment politique", a renvoyé le président du Conseil scientifique, qui guide les choix de l'exécutif.

Il a avancé l'idée de regrouper ou d'allonger les vacances scolaires de février pour "se retrouver dans des meilleurs conditions pour début mars pour rouvrir les écoles".

De février à fin avril (...), on a une course entre arrivée du variant et vaccination. - Jean-François Delfraissy

Revenant sur les projections de vaccination, Jean-François Delfraissy "ne partage pas" la conviction du gouvernement que l'ensemble de la population pourrait être vaccinée d'ici l'été. "La capacité vaccinale est limitée", a-t-il déclaré, parce que "l'industrie pharmaceutique (ne parvient pas) à fournir de façon massive" les doses de vaccin. "De février à fin avril (...), on a une course entre arrivée du variant et vaccination", a-t-il synthétisé.

Le gouvernement veut voir les effets du couvre-feu

Le verdict sur les effets du couvre-feu est attendu cette semaine, a indiqué le ministre de la Santé, Olivier Véran, dans le Parisien ce dimanche. Des mesures supplémentaires pourraient être annoncées si les données hospitalières ne baissent pas et si les variants du Covid-19 continuent de se propager.

A propos d'un reconfinement, le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal a lui indiqué sur France 3 : "Il n'y a pas de décision prise et les prochains jours seront décisifs", mais "par principe, tous les scenarii sont sur la table". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess