Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : la tension monte depuis quelques jours au Centre hospitalier public du Cotentin

-
Par , France Bleu Cotentin

Le Centre hospitalier public du Cotentin a déclenché son quatrième plan blanc mardi. Il s'agit de renforcer les services les plus touchés par le Covid-19. Une décision alors que la pression est forte en réanimation, avec une hausse des hospitalisations depuis le début de la semaine.

Les soignants observent une hausse d'hospitalisations depuis le début de la semaine au CHPC.
Les soignants observent une hausse d'hospitalisations depuis le début de la semaine au CHPC. © Radio France - Pierre Coquelin

La tension est toujours présente dans les hôpitaux de la Manche. Avec un taux d'incidence moyen de 245 cas pour 100 000 habitants, le nombre de malades ne diminue que très légèrement. 181 personnes étaient hospitalisées mardi dans le département, selon les derniers chiffres de l'Agence régionale de santé. D'abord préservé ces dernières semaines, à la différences des établissements du centre et sud-Manche, le Centre hospitalier public du Cotentin (CHPC) est à nouveau sous tension. Les soignants observent une hausse d'arrivées de nouveaux malades du Covid-19 depuis la fin du week-end dernier et le début de la semaine. 

Quasiment plus de place en réanimation

La plupart des lits de réanimation sont actuellement occupés à l'hôpital Pasteur, par des patients Covid ou non. Il ne restait que deux places disponibles sur une capacité de douze, hier en fin d'après-midi. Mardi soir, le service était complet, précise Bertrand Sauneuf, le chef de la réanimation au CHPC. 

Une situation qui accentue la pression sur le personnel, surtout après le déclenchement du quatrième Plan blanc en un an, annoncé mardi. Cette décision consiste à renforcer les services les plus touchés par la crise et impose aux équipes du centre hospitalier de rester mobilisables dans les 24 heures. Les soignants qui s'attendent à des arrivées de nouveaux malades dans les prochains jours, alors que la fatigues se ressent. 

"La réanimation est en difficulté. Il y a visiblement pas mal d'arrêts de travail, par épuisement au bout de tous ces mois difficiles et puis le personnel de réanimation, il faut qu'il soit formé à la technique. C'est compliqué de trouver des remplaçants, explique Sylvie Meriel, secrétaire du syndicat Force ouvrière du CHPC. Cela devient difficile. On aimerait bien voir la fin de ce virus. On espère que c'est la dernière fois, après il n'y a aucune certitude. Les équipes sont encore sur le pont pour faire les efforts nécessaires, mais la fatigue est bien présente aujourdhui." 

"Difficile de dire comment la situation va évoluer"

Ces arrivées de nouveaux malades peuvent selon les syndicats s'expliquer par un relâchement des habitants du Cotentin, au vu des derniers cas positifs détectés notamment en milieu professionnel. Prenons l'exemple de l'entreprise Naval Group, du commissariat de Cherbourg, ou encore de la prison ces derniers jours. Pour le chef du service réanimation du CHPC, "il est encore difficile de dire comment la situation va évoluer à l'hôpital dans les prochaines semaines, mais si ça continue, là ce sera compliqué."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess