Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : le CHRU de Nancy évalue les premiers surcoûts de la crise à 64,5 millions d'euros

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Dans un communiqué détaillé, la direction du CHRU de Nancy publie une première évaluation de l'impact de la crise sanitaire que nous traversons avec l'épidémie de Covid-19. Les surcoûts induits auront un impact sur le résultat 2020, prévient la direction.

Le CHRU de Nancy enregistrait un déficit prévisionnel comptable 2019 de 4, 8 millions d'euros sur son budget principal de 800 millions d'euros, selon les précisions de la direction
Le CHRU de Nancy enregistrait un déficit prévisionnel comptable 2019 de 4, 8 millions d'euros sur son budget principal de 800 millions d'euros, selon les précisions de la direction © Radio France - Nathalie Broutin

L'épidémie de Covid-19 est toujours en cours, peut-être loin encore d'être officiellement terminée ? La direction du Centre Hospitalier Régional et Universitaire de Nancy communique sur une évaluation de premiers surcoûts dus à cette grave crise sanitaire. Elle évoque 64,5 millions d'euros de premiers surcoûts qui auront un impact sur le résultat 2020. 

La direction évoque d'abord 11 millions d'euros supplémentaires pour des achats  et des investissements : des équipements de protection individuelle (5, 5 millions), des dispositifs médicaux comme le traitement de l'air par exemple ou des fournitures pour le laboratoire (1, 9 millions), des transferts sanitaires et le recours à un second hélicoptère (+250.000 euros), des achats bio-médicaux, comme des respirateurs, des bases de perfusion... (2,6 millions), mise en place du télétravail pour un certain nombre de personnels (400.000 euros)...

Des renforts de personnels ont été nécessaires 

La direction de l'hôpital nancéien évoque encore des surcoûts "RH, Ressources humaines", "La crise a un impact estimé à 27,3 millions d'euros sur la trajectoire initialement prévue". 

Elle précise que les économies envisagées ici par l'établissement ne sont plus envisagées en raison de la crise, des économies liées aux "restructurations imposées par le COPERMO" (Comité interministériel de performance et de modernisation de l'offre de soins). Le CHU a dû faire appel à des renforts de personnels médicaux et non médicaux de mars à juin pour gérer l'épidémie. La prime de 1.500 euros aux agents du CHRU est estimée à 15 millions d'euros. 

Une importante baisse des recettes 

L'arrêt des activités non urgentes depuis mi-mars explique une importante baisse des recettes, poursuit la direction dans son communiqué, estimée à 22 millions d'euros de mars à mai , "à cela s'ajoutent "4, 2 millions d'euros de baisse des recettes de pharmacie. 

Dans ces conditions, impossible de respecter l'engagement de réduction du déficit 

En conclusion, la direction du CHRU prévient que "ces surcoûts et baisses de recettes ne permettront plus de respecter l'engagement d'une baisse encore du déficit de l'établissement en fin d'année". 

L'hôpital indique "avoir reçu l'engagement de la part de l'Etat de 21, 3 millions d'euros d'aides au titre de premières délégations". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess