Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : le pic de l'épidémie attendu en fin de semaine ?

-
Par , France Bleu

L'épidémie de COVID-19 continue de s'accélérer en France, avec 418 nouveaux décès recensés pour la journée de lundi. Le bilan dépasse désormais les 3.000 morts dans notre pays. Les médecins espèrent que le pic de l'épidémie est proche.

Les spécialistes prévoient la date du pic en évaluant les mesures d'hygiène et le respect du confinementt
Les spécialistes prévoient la date du pic en évaluant les mesures d'hygiène et le respect du confinementt © AFP - SEBASTIEN BOZON

La France a dépassé ce lundi soir la barre des 3.000 décès dans les hôpitaux à cause du coronavirus. Ce nouveau bilan fait état de 418 décès en 24 heures et de 4.376 nouveaux cas au moins. La vague est "très haute", note Olivier Milleron, cardiologue à l'hôpital Bichat à Paris, l'hôpital qui reçoit le plus de malades du COVID-19 dans le pays. "On est tout près d'être submergés", dit-il à France Info. 

Désormais, les médecins espèrent que le pic de l'épidémie est proche. Il est "plutôt prévu pour la fin de semaine en région parisienne", selon Stéphane Gaudry, professeur de médecine à l'hôpital de Bobigny, interrogé par l'AFP. Sur France Info, le professeur Rémi Salomon, président de la commission médicale des hôpitaux de Paris va dans le même sens pour la région la plus touchée par l'épidémie. Pour l'ensemble du territoire, le Premier ministre Edouard Philippe table aussi sur un pic d'ici ce weekend. 

Prévoir le pic n'est pas facile

Dans Libération de ce mardi, le directeur général de l'Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) le reconnaît : 

Je ne sais pas quand le pic arrivera. Ce moment où l'on verrait baisser jour après jour le nombre de patients dans les services de réanimation n'est pas encore venu. Là, il augmente encore. 

Dans le Grand Est, Jean Rottner, le président de la région, se dit "incapable" de dire quand le pic aura lieu : "Les données sont encore un peu hasardeuses compte tenu de l’importance du phénomène", dit-il à France Bleu. 

Prédire la date précise du pic, ou du moins le laps de temps n'est pas facile. Le 20 mars, le numéro 2 de la Santé, le professeur Jérôme Salomon annonçait le pic pour le weekend du 28-29 mars. Or, l'épidémie s'est accélérée depuis. 

Les autorités espèrent que le confinement va commencer à produire des résultats 

Selon une étude du CNRS, relayée par nos confrères de France Culture, il faut que la vitesse de transmission du virus baisse. Aujourd'hui, un malade du COVID-19 contaminerait encore 1,5 personne en moyenne en France. Cette moyenne était à 2,5 avant le confinement. Et si ce chiffre tombe en dessous de 1, l'épidémie reculera affirment les chercheurs. 

Le confinement est l'espoir des autorités. Elles espèrent qu'il va enfin produire des effets sur la courbe des contaminations. On rentre dans la troisième semaine et c'est le délai nécessaire pour observer des résultats tangibles sur l'épidémie selon les spécialistes. A titre de comparaison, le pic épidémique à Wuhan, en Chine, a été atteint dix à quinze jours après le déclenchement du confinement total.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu