Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus

Coronavirus : le sang d'un ver marin pourrait aider les malades en détresse respiratoire

-
Par , France Bleu

Le laboratoire Hémarina basé à Morlaix dans le Finistère pourrait aider les malades du Covid-19 en détresse respiratoire aigüe à se passer de respirateur artificiel. La solution : le sang de l’arénicole, un petit ver marin car il apporte 40 fois plus d'oxygène aux organes que le sang humain.

Le fameux ver arénicole dont le sang super oxygéné pourrait aider les malades les plus atteints du Covid 19.
Le fameux ver arénicole dont le sang super oxygéné pourrait aider les malades les plus atteints du Covid 19. © Maxppp - Thierry Creux

Peut-être un nouvel espoir pour les malades atteints du Covid-19. Le laboratoire Hémarina basé à Morlaix dans le Finistère pourrait éviter aux cas les plus graves de se retrouver sous respirateur artificiel. Comment ? Grâce à la découverte du fondateur de ce laboratoire Franck Zal, un ancien biologiste marin du CNRS : l’arénicole. Ce petit ver d'une dizaine de centimètres qui fait des tortillons de sable sur nos plages. 

Pourquoi ce ver marin peut nous être utile ?

L'arénicole peut nous être utile parce qu'il a un super pouvoir. Son sang apporte 40 fois plus d'oxygène aux organes que notre sang humain. En plus, l'animal est donneur universel. On peut l'utiliser pour tous les malades quel que soit leur groupe sanguin. Et donc soulager les patients en détresse respiratoire aigüe sans recourir à un respirateur artificiel. Il suffit de leur faire une piqûre rempli du produit fabriqué avec du sang d’arénicole. 

Bientôt, des tests sur des patients volontaires

Aucun malade du Covid-19 n'a encore reçu ce traitement. Mais ça va devrait se faire très vite car les hôpitaux parisiens Georges Pompidou et la Pitié Salpétrière sont prêts à l'essayer sur une dizaine de patients volontaires. L’Agence de Sécurité du Médicament (ANSM) a déjà donné son feu vert. Et l'Agence de Protection des Personnes devrait suivre. 

Le sang de l’arénicole déjà utilisé pour les greffes

Si les agences de santé sont partantes pour essayer ce traitement c'est que le sang du super petit ver est déjà utilisé pour des greffes d'organes. Y compris pour la première greffe de visage au monde. L'auteur de cet exploit, le professeur Lantiéri, soutient d'ailleurs à 100% cette technique.

Des stocks de sang d’arénicole déjà disponibles 

Franck Zal le créateur du laboratoire Hemarina qui a 5.000 doses de sa molécule dit être capable d'en produire 15.000 voire 20.000 doses. Car le laboratoire Hemarina a son propre élevage de vers en Vendée, sur l'île de Noirmoutier.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu