Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : la justice déboute les salles de sport ligériennes qui contestaient leur fermeture

-
Par , France Bleu Saint-Étienne Loire

Les gérants de salles de sport dans le Roannais et la métropole de Saint-Étienne doivent se faire une raison : le tribunal administratif de Lyon vient de rejeter leur référé contre l'arrêté préfectoral imposant la fermeture de leurs salles pendant deux semaines.

Un exemple de distanciation physique dans une salle de sport (image d'illustration)
Un exemple de distanciation physique dans une salle de sport (image d'illustration) © Radio France - Ruddy Guilmin

Déception pour les patrons de salles de sport dans la métropole de Saint-Étienne et le Roannais, deux zones placées en alerte renforcée. Le tribunal administratif de Lyon les déboute de leur recours contre l'arrêté préfectoral imposant leur fermeture pour deux semaines. Les salles restent donc fermées.

Les patrons touchés s'étaient réunis ce lundi à Saint-Just-Saint-Rambert, à la salle "100% CrossFit", afin d'envisager une réponse collective aux annonces de la préfecture de la Loire. Ils envisagent maintenant de déposer un deuxième référé et d'organiser une manifestation.

Une toute autre décision à Rennes, également zone d'alerte renforcée

Pour le gérant de "100% CrossFit", à Saint-Just-Saint-Rambert, à l'initiative du recours, il n'est en effet pas question de baisser les bras. "On a de l'espoir, en voyant ce qui se passe à Rennes. Le juge a compris qu'il fallait faire du sport un allié. On va continuer à se battre et faire valoir nos arguments" explique Jonathan Colombet.

À Rennes, catégorisée zone d'alerte renforcée comme la métropole de Saint-Étienne et le Roannais, le tribunal administratif vient en effet de prendre une toute autre décision. Il a suspendu l'arrêté préfectoral instituant la fermeture de ces établissements pendant 15 jours. Les gérants des salles de sport rennais ont donc obtenu gain de cause.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess