Passer au contenu

Le média
de la vie locale

Publicité
Logo France Bleu

Covid-19 : les Ehpad d'Indre-et-Loire se préparent pour l'injection de la troisième dose

Par

À partir du 13 septembre, les résidents d'Ehpad déjà vaccinés pourront recevoir leur troisième dose de vaccin. D'ici là, les établissements vont devoir recueillir le consentement des personnes âgées concernées, comme l'hiver dernier.

Un résident se fait vacciner contre la Covid-19. Un résident se fait vacciner contre la Covid-19.
Un résident se fait vacciner contre la Covid-19. © Radio France - Emmanuel Claverie

Dans la grande salle à manger de l'Ehpad Debrou, à Joué-lès-Tours, le directeur Abdelkabire Essalhi s'adresse aux résidents, qui viennent d'assister à un petit concert, pour les informer qu'il souhaite recueillir leur consentement pour la troisième dose du vaccin Pfizer. "Je vous informe que la campagne vaccinale démarre maintenant, dit-il au micro. Je vais vous envoyer à chacun un courrier et un formulaire à remplir pour que vous me donniez votre accord." 

Publicité
Logo France Bleu

Ce document est à retourner avant le 10 septembre pour être servi en premier car en théorie, dès le 13, les résidents peuvent recevoir leur troisième injection, s'ils ont été vaccinés il y a plus de six mois. Jacques, forcément, est volontaire. L'homme de 76 ans est le tout premier en Indre-et-Loire à avoir reçu une dose fin décembre 2020. "Si le gouvernement imagine un schéma vaccinal à trois doses, parce que c'est plus protecteur, alors il faut le suivre. Quand on voit que 80% des personnes qui sont en réanimation à cause du Covid ne sont pas vaccinées, ça motive encore plus. Franchement, je ne comprends pas ces gens-là."

Se vacciner pour garder les visites

À l'Ehpad Debrou de Joué-lès-Tours, 96% des résidents sont vaccinés et se disent, dans la très grande majorité, prêts à faire ce rappel. Déjà, pour éviter les clusters, comme à l'automne dernier. Lucette s'en souvient. "On voyait qu'il n'y avait plus grand mande dans la salle à manger, que certains n'ont pas résisté au virus." 

Mais surtout, les résidents veulent continuer à recevoir des visites. La vaccination en est la garante. Georgette, 93 ans, ne veut pas revivre ces six mois passés seule dans sa chambre, lors du deuxième confinement. "Je sais ce que c'est que d'être enfermée et non merci ! Vous savez, je ne veux pas que nos enfants et petits-enfants subissent ce que nous avons subi. Je ne veux pas qu'ils n'aient, dans leur jeunesse, une vie comme nous avons, nous, dans la vieillesse."

Pour cette troisième dose, un consentement de la famille ou de la tutelle sera demandé pour les résidents qui ne sont pas totalement conscients. Dans l'ensemble, cette campagne s'annonce plus facile à mettre en œuvre que la première, en début d'année 2021, selon Benjamin Clouet, directeur de la maison de retraite La Croix Saint-Paul, à Veigné. "C'était nouveau, au début on avait du matériel pour ne tirer que cinq doses du flacon, après on nous a dit que c'était six, se souvient-il. Là, on est sûr. C'est sept doses. On a des dates beaucoup plus rapprochées pour la livraison des flacons, de l'ordre d'une semaine à chaque fois. Tout est plus simple."

loading

Ma France : Économies d’énergie

Hausse généralisée du coût de la vie, risque de pénurie d’électricité ou de gaz, phénomènes climatiques extrêmes : ces crises bouleversent nos quotidiens, transforment nos modes de vie, nous poussent à dessiner les contours d’horizons nouveaux. Pour répondre à ces défis, France Bleu et Make.org lancent une grande consultation citoyenne autour des économies d’énergie. Prenez position sur ces solutions & proposez les vôtres !

Publicité
Logo France Bleu