Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Coronavirus : les laboratoires de Gironde au bord de l'implosion

-
Par , France Bleu Gironde

C'est le revers de la politique de dépistage massif mise en place depuis le mois d'août en Gironde : les laboratoires d'analyses, chargés de traiter ces tests, sont totalement saturés. Et les salariés complètement épuisés.

Depuis le mois d'août, les laboratoires de Gironde font face à une hausse d'activité de 70%
Depuis le mois d'août, les laboratoires de Gironde font face à une hausse d'activité de 70% © Maxppp - maxppp

"Nous avions prévenu le gouvernement! Cette saturation en Gironde et ailleurs était inévitable..." se désole Philippe Martin. L'ancien président du laboratoire BIOLAB 33, l'un des plus gros laboratoires d'analyses de Gironde ne décolère pas. La politique de dépistage massif mise en place au mois d'août, a entraîné, depuis la rentrée de septembre, l'engorgement de tous les laboratoires sans exception, quand il a fallu traiter ces tests. Résultat aujourd'hui, les délais d'attente sont de plusieurs jours ce qui n'est pas satisfaisant pour les personnes qui se révèlent positives par la suite. Par ailleurs de nombreux patients non Covid renoncent à venir faire leurs analyses en raison de cette saturation.  Certains laboratoires constatent une baisse de 20% de leur activité hors Covid actuellement.

Définir clairement les priorités

Face à cet engorgement, le Premier Ministre Jean Castex a annoncé vendredi dernier, la priorisation des tests. "Seuls les cas contacts ou les personnes ayant des symptômes doivent se faire tester" avait indiqué le Premier Ministre. "Le problème", réagit cette secrétaire médicale d'un laboratoire de Saint Médard en Jalles, "_c'est que tout le monde s'estime prioritaire_, et quand il faut que je dise moi-même à certaines personnes qu'elles ne le sont pas, c'est très compliqué et parfois même très tendu."

Un système prêt à s'effondrer

Dans d'autres départements, certains laboratoires ont entamé un mouvement de grève. En Gironde, ce n'est pas encore le cas, mais beaucoup de salariés sont déjà en arrêt maladie par épuisement. "Et si nous continuons sur ce rythme, cela ne se calmera pas, et des labos devront fermer faute de personnel à mettre à l'accueil, ce qui accentuera la crise encore plus" craint Philippe Martin. Le syndicat des Biologistes de Nouvelle Aquitaine demande au ministre de la santé Olivier Véran qui doit prendre la parole ce jeudi après midi, de définir clairement le cadre de sa politique de tests, en y associant les médecins généralistes. 

Quand on a 1000 cibles à atteindre et seulement 100 cartouches, il faut faire des choix - Philippe Martin, ancien président de Biolab 33

"Le système ne tiendra pas comme ça jusqu'à l'hiver" s'inquiète Philippe Martin

Choix de la station

À venir dansDanssecondess