Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : les médecins privés de vaccins la semaine prochaine

-
Par , France Bleu Hérault

Dans une note envoyée dimanche 7 mars, la Direction générale de la santé indique que les médecins généralistes ne pourront pas passer commande du vaccin AstraZeneca cette semaine. Les doses disponibles seront en priorité distribuées aux pharmacies.

Dominique Bourgeois a dû annuler les 14 injections prévues le 18 mars
Dominique Bourgeois a dû annuler les 14 injections prévues le 18 mars © Radio France - Valentin BERTRAND

La pilule a du mal à passer. Comme 20 000 médecins généralistes, Dominique Bourgeois s'est portée volontaire pour vacciner ses patients avec le sérum anti-Covid d'AstraZeneca. Elle s'organise chaque semaine pour trouver 30 patients et ne gâcher aucune dose. C'est donc un "crève-cœur" d'annuler ces rendez-vous faute de pouvoir commander de nouvelles doses.

Tout est parti d'une note envoyée par la Direction générale de la santé (DGS) dimanche 7 mars en fin de journée. Dans ce document de sept pages adressé aux médecins et pharmaciens, le professeur Jérôme Salomon, directeur général de la santé, énonce le protocole vaccinal des semaines à venir. Il en ressort que priorité sera donnée aux pharmaciens : 

"Les officines pourront commander un ou deux flacons pour leur propre besoin. [...] Il ne sera pas possible de prendre des commandes pour les médecins compte tenu du nombre de doses livrées par AstraZeneca."

Pour Dominique Bourgeois, cette répartition est purement arbitraire :

Que les pharmaciens viennent en renfort c'est une bonne chose. Plus on est nombreux à vacciner mieux c'est. Mais quand je lis par email que les doses que  nous pouvions commander sont affectées en priorité aux officines, pour moi c'est incompréhensible. C'est quand même notre métier de médecin généraliste de vacciner les patients.

Des personnes "prioritaires" sans solution

Initialement destiné aux personnes âgées de 50 à 64 ans atteintes de comorbidités (diabète, hypertension, antécédents de cancer, etc.), le vaccin contre le Covid-19 d'AstraZeneca a été élargi aux plus de 65 ans. C'est le ministre de la Santé, Olivier Véran, qui en a fait l'annonce lors d'une interview au 20h de France 2 le 1er mars.

Pour Dominique Bourgeois, médecin généraliste à Montpellier, cet élargissement inattendu avait déjà nécessité de revoir son organisation. Jusqu'à présent, ce vaccin était déconseillé aux plus de 65 ans car les autorités sanitaires manquaient de données pour établir son efficacité sur cette catégorie d'âges. 

Depuis début mars, Dominique Bourgeois avait pris le pli des commandes de vaccins envoyées une semaine à l'avance. Elle se dit aujourd'hui désabusée :

Si on avait su un mois avant je ne me serais pas engagée auprès de mes patients. Je suis très très embêtée d'avoir pris un engagement auprès de patients qui étaient ravis de se faire vacciner.

Dominique Bourgeois : "Je suis partagée entre de la tristesse et une véritable colère"

Sur un groupe Facebook entre médecins, elle a fait part de sa situation, et trouvé des échos similaires chez des confrères : 

On est vraiment estomaqués. Pour moi cette situation est un véritable crève-cœur. Je suis partagée entre de la tristesse et une véritable colère pour ce que nous font vivre les autorités depuis le début de cette pandémie.

Médecin généraliste à Montpellier, Dominique Bourgeois se sent désabusée

Ce lundi 8 mars, elle a déjà prévenu 14 patients qui devaient recevoir une injection 10 jours plus tard que celle-ci ne viendrait pas. En tout cas pas tout de suite. Un nouveau revirement qui contribue à "stresser" Victorine Weber, 81 ans :

Je suis prioritaire mais je n'arrive pas à me faire vacciner. J'attends mon vaccin ! Mais c'est fatiguant et même stressant.

Les revirements successifs sur les vaccins contribuent à "stresser" Victorine Weber (81 ans)

Asthmatique depuis 40 ans, Victorine Weber ne désespère pas de se faire vacciner un jour. Chez son généraliste de préférence. 

Elle pourrait aussi opter pour une vaccination en pharmacie. Pour prendre rendez-vous, il faudra en revanche se renseigner au cas par cas car aucune plateforme réservation commune n'a été choisie.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess