Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : les premiers vaccins de l'Indre administrés ce jeudi à l'hôpital de Châteauroux

-
Par , France Bleu Berry

4.875 doses du vaccin Pfizer BioNTech vont être livrées à l'hôpital de Châteauroux ce mercredi. La vaccination des soignants de plus de 50 ans de Châteauroux et des alentours commencera dès le lendemain.

Les seringues du vaccin, avec une toute petite aiguille
Les seringues du vaccin, avec une toute petite aiguille © Radio France - Anne Oger

La campagne de vaccination dans l'Indre commence cette semaine. Avec deux dates majeures. Ce mercredi, 4.875 doses du vaccin du laboratoire Pfizer BioNTech vont être livrées à l'hôpital de Châteauroux. Ce jeudi, les premières injections auront lieu, à l'hôpital de Châteauroux. 

Le centre hospitalier castelroussin sera donc le premier centre de vaccination du département. Dans un premier temps, les piqûres sont réservées aux soignants de 50 ans et plus, de Châteauroux et de sa périphérie. Qu'ils exercent à l'hôpital, ou en libéral, confirme la directrice de l'hôpital Evelyne Poupet. 

Priorité aux soignants de 50 ans et plus

Les soignants libéraux de 50 ans et plus, quelque soit leur ordre (médecins, infirmiers, sages-femmes, pharmaciens...), pourront se faire vacciner dans un centre aménagé au sein de l'établissement castelroussin. "On voit le plus large possible", explique la directrice de l'hôpital.

Concrètement, il sera installé dans le service de soins de suite et de réadaptation (SSR) de l'hôpital. Deux salles seront réservées à la vaccination. Les nouveaux vaccinés doivent être surveillés pendant 15 minutes après l'injection, un troisième espace est donc prévu pour l'observation. Cette opération est le résultat d'une concertation du Conseil départemental de l'Ordre des médecins de l'Indre et du centre hospitalier de Châteauroux.

Dans une lettre dont France Bleu Berry s'est procuré un exemplaire, le conseil départemental de l'Ordre des médecins invite ses membres désireux de se faire vacciner à se signaler auprès de son secrétariat. Une quinzaine de médecins aurait déjà répondu à cet appel. 

"Notre objectif c'est d'aller vite" 

"Notre objectif c'est d'aller vite, d'enclencher cette campagne de vaccination", explique Evelyne Poupet. Elle estime que 32 patients-soignants pourront être vaccinés chaque jour, entre 18 heures et 22 heures. Pour rappel, ce premier centre est réservé aux soignants libéraux d'au moins 50 ans dans un premier temps. 

Les soignants de l'hôpital de Châteauroux pourront se faire vacciner au sein de leur établissement via la médecine du travail.

Les 4 875 doses du vaccin vont être stockées dans le super-congélateur de l'hôpital. L'établissement a reçu cette machine capable de conserver les vaccins Pfizer BioNTech sur de longues durées le 23 décembre. L'équipement a été homologué et mis en service une semaine plus tard. 

Il faut être très rigoureux pour ne pas perdre de vue les injections réalisées

"Le plus important dans cette campagne de vaccination c'est la traçabilité. Il faut être très rigoureux pour ne pas perdre de vue les injections réalisées. Sachant qu'il faut faire un rappel à J+21. Il faut qu'on enregistre les injections sur la plateforme vaccins de l'Assurance maladie au fur et à mesure", explique la directrice du centre hospitalier. Une mise à jour en temps réel du nombre d'injections, en somme.  

Pour le moment, l'opération ne concerne que les soignants de Châteauroux et des alentours. Mais dans sa circulaire, l'Ordre des médecins de l'Indre affirme que l'expérience "pourrait être organisée sur le même modèle dans les villes plus périphériques du département comme par exemple Issoudun, Valençay, Châtillon-sur-Indre, Le Blanc, Argenton-sur-Creuse  et La Châtre". Le contact avec le responsable de vaccination départementale a déjà été pris. Ce dernier serait "disposé à se rendre sur place, dans des locaux qui restent à définir."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess