Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : les renforts appelés dans les hôpitaux de Bourgogne-Franche-Comté

-
Par , France Bleu Bourgogne

Face à l’afflux des patients qui nécessitent une hospitalisation, l’ARS Bourgogne-Franche-Comté demande aux établissements de santé de déclencher l’ultime palier d’augmentation de leurs capacités de prise en charge en médecine et en réanimation, et en appelle aux renforts pour appuyer les soignants.

Les chambres de soins intensifs sont isolées et surveillées en permanence
Les chambres de soins intensifs sont isolées et surveillées en permanence © Radio France - Olivier Estran

La troisième vague de l’épidémie se traduit désormais par une augmentation rapide du nombre de patients présentant des formes graves de la Covid-19 et nécessitant une hospitalisation en Bourgogne-Franche-Comté. Plus de 1350 personnes sont prises en charge à ce jour dans les hôpitaux de la région, dont plus de 180 en soins critiques. 

Ce mercredi 7 avril, l’ARS a demandé aux établissements de santé de la région de mettre en œuvre les mesures prévues dans le cadre de la stratégie territorialisée de prise en charge des patients COVID + correspondant au dernier palier d’augmentation des capacités d’hospitalisation dédiées à cette prise en charge. 

Objectifs : garantir à chaque patient le nécessitant un lit en service de médecine ou une prise en charge dans les services de réanimation ou de soins intensifs, renforcer la gradation territoriale des unités de soins critiques pour fluidifier les parcours, accroître la mobilisation des services d’aval (soins de suite et de réadaptation, hospitalisation à domicile, …).

Les mesures prises par les établissements doivent permettre de mobiliser jusqu’à 1 700 lits de médecine pour les patients atteints de COVID-19, 140 lits de soins intensifs et 300 lits de réanimation. 

De nouvelles déprogrammations 

L’ouverture de ces nouvelles capacités nécessite de réaffecter d’importantes ressources humaines médicales et soignantes à la prise en charge de patients souffrant de formes sévères de Covid-19, et donc d’augmenter le niveau de déprogrammation des activités chirurgicales et/ou médicales non urgentes, dont le report n’engendre pas de risque de perte de chance pour les patients. Ces déprogrammations font l’objet de décisions collégiales de la communauté médicale de chaque établissement prises au regard de l’état de santé de chaque patient.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess