Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : les soignants de 50 ans et plus vaccinés "dès lundi", des centres vont ouvrir "en ville"

-
Par , France Bleu

Le ministre de la Santé annonce ce jeudi que des centres de vaccination vont être installés en ville avant le début du mois de février "pour commencer à vacciner les personnes âgées de 75 ans et plus, puis les 65 ans et plus, etc". Les soignants de 50 ans et plus pourront être vaccinés "dès lundi".

Olivier Véran annonce que le gouvernement a décidé d'accélérer "la protection des publics prioritaires".
Olivier Véran annonce que le gouvernement a décidé d'accélérer "la protection des publics prioritaires". © Maxppp - Fred Dugit

Le gouvernement a décidé d'accélérer "la protection des publics prioritaires" face à l'épidémie de coronavirus en France. Dans un long message sur Twitter, le ministre de la Santé annonce ce jeudi soir que "dès lundi, les soignants de 50 ans et plus qui le souhaitent, pourront se faire vacciner dans les centres disposant déjà de vaccins". 

Ces vaccins sont livrés "progressivement à la France, et bientôt plus d'une centaine d'hôpitaux équipés pourront les délivrer chaque jour", en métropole et en Outre-mer. 

Olivier Véran annonce également l'ouverture de centres de vaccination "en ville", avant le début du mois de février, "pour commencer à vacciner les personnes âgées de 75 ans et plus, puis les 65 ans et plus, etc".

La campagne, organisée en trois phases depuis dimanche, prévoyait d'abord la vaccination d'ici fin février d'un million de personnes parmi les plus âgées et les plus vulnérables, particuliers et soignants, dans les 7.000 Ehpad et autres établissements pour personnes âgées. La deuxième phase concernait ensuite "tous les retraités de plus de 65 ans", avant dans un troisième temps la vaccination de masse.

"Soyez rassurés", la campagne va "prendre de l'ampleur"

"Certains d'entre vous questionnent le rythme de la vaccination" contre le Covid-19 en France, souligne le ministre de la Santé. Il rappelle que "certains pays ont déjà beaucoup vacciné, d'autres, comme la Belgique ou les Pays-Bas, n'ont pas encore démarré". Alors "pourquoi seulement quelques centaines de vaccinés en quelques jours" en France, poursuit Olivier Véran.

Le ministre explique que la Haute autorité de santé a "choisi de prioriser les personnes vulnérables en établissement collectif". "Ensuite, le CCNE (Comité consultatif national d'éthique) demande que chaque personne vaccinée ait donné un consentement éclairé, à l'issue d'une visite médicale. C’est un gage de confiance pour nos concitoyens. Cette étape est essentielle et nous la respectons", indique-t-il.

Le vaccin est une chance extraordinaire (...) Progressivement, tout le monde pourra être protégé, par ordre de priorité, à mesure que les vaccins nous seront livrés. - Olivier Véran

Mais Olivier Véran se veut rassurant à quelques heures du réveillon du Nouvel An : "La campagne vaccinale va bientôt prendre de l'ampleur. Le vaccin est une chance historique d'en finir avec cette pandémie et retrouver une vie normale. Nous ne passerons pas à côté".

Enfin, le ministre explique que "toutes les informations seront rendues disponibles aux Français : nombre de vaccins délivrés, tolérance, efficacité. Nous gagnerons cette bataille, ensemble !".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess