Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19: les soignants redoutent que la situation se dégrade à l'hôpital Nord Franche-Comté

-
Par , France Bleu Belfort-Montbéliard

La troisième vague n'est pas encore vraiment arrivée à l'hôpital Nord Franche-Comté de Trévenans mais elle préoccupe les soignants. Si l'établissement accueille pour l'instant moins de malades du coronavirus que l'année dernière, ils sont proportionnellement plus nombreux en réanimation.

Si les arrivées en réanimation s'intensifient, l'hôpital devra ouvrir davantage de lits mais déprogrammer davantage d'interventions chirurgicales.
Si les arrivées en réanimation s'intensifient, l'hôpital devra ouvrir davantage de lits mais déprogrammer davantage d'interventions chirurgicales. © Maxppp - Lionel Vadam

L'hôpital Nord Franche Comté voit plus de personnes atteintes par le coronavirus arriver dans ses services depuis la mi-mars. Pour l'instant, la situation est maîtrisée mais la pression se fait sentir en réanimation. Une cinquantaine de malades du coronavirus sont actuellement hospitalisés, un tiers d'entre eux est pris en charge en réanimation. 

Ces chiffres sont, dans l'absolu, moins impressionnants que pendant la première vague mais proportionnellement, il y a désormais plus de cas graves. L'une des explications vient du variant britannique. Il "circule extrêmement fort dans la région, en grande majorité. Ce variant est plus agressif, donne des formes plus sévères" explique Anne-Sophie Dupond, la présidente de la commission médicale d'établissement. Des personnes plus jeunes et moins fragiles peuvent donc se retrouver dans des états critiques. 

Si l'hôpital doit soigner une vingtaine de malades en réanimation en même temps, il devra ouvrir davantage de lits, au prix de ses capacités chirurgicales qui baisseraient de plus de 60% - elles sont déjà réduites d'un tiers depuis le mois de décembre. "Un patient supplémentaire en réanimation, quand on voit le nombre de personnels qu'il faut pour s'en occuper correctement, et bien ça peut vite faire basculer le système." Face au manque de soignants, l'hôpital doit répartir ses forces au détriment des blocs opératoires. 

Il y a de la fatigue pour repartir au combat, parce qu'on a jamais arrêté.

C'est la concrétisation sur le terrain des efforts demandés par Emmanuel Macron. "Les efforts, on les fera, c'est notre mission. Après il y a quand même une lassitude, un certain degré de ras-le-bol" confie Anne-Sophie Dupond. Les soignants espéraient être moins touchés par la troisième vague, "peut-être que dans le Nord Franche-Comté elle ne sera pas si grosse, ceux qui ont déjà eu le covid sont pour l'instant protégés. Mais il y a de la fatigue pour repartir au combat, parce qu'on a jamais arrêté." 

Depuis l'automne, l'hôpital n'est jamais repassé à zéro patients covid, il y en avait toujours entre cinq et sept dans les services. 

La répartition des variants par département dans les tests coronavirus

La part des variants dans les tests Covid : le Territoire de Belfort au-dessus de la moyenne France pour le variant anglais.
La part des variants dans les tests Covid : le Territoire de Belfort au-dessus de la moyenne France pour le variant anglais. © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess