Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : "Les vacances scolaires sont une opportunité" pour le président du syndicat de médecins MG France

-
Par , France Bleu Normandie (Calvados - Orne)

Jacques Battistoni, médecin généraliste à Ifs et président du syndicat de médecins MG France, estime que la décision de ne pas reconfiner du gouvernement est justifiée par la relative stabilité des indicateurs de contaminations. Il voit dans les vacances une "opportunité" pour freiner l'épidémie.

Jacques Battistoni, médecin généraliste basé à Ifs et président du syndicat MG France.
Jacques Battistoni, médecin généraliste basé à Ifs et président du syndicat MG France. © Maxppp - Luc Nobout

"Je crois que les vacances scolaires sont une opportunité, parce qu'on l'a vu lors des précédents confinements, la fermeture des écoles a été bénéfique" pour ralentir la progression de l'épidémie de coronavirus, assure Jacques Battistoni, médecin généraliste et président du syndicat de médecins de ville MG France. Il était l'invité de France Bleu Normandie ce lundi 1er février. 

"On a deux semaines, peut-être trois semaines devant nous pendant le mois de février où on peut probablement arriver à conjuguer l'effet des vacances, et des autres mesures prises récemment", estime le médecin, qui a son cabinet à Ifs, dans l'agglomération caennaise : "L'un plus l'autre peut peut-être permettre de donner un coup de frein à l'épidémie".

Les médecins généralistes attendent de pouvoir vacciner dans leurs cabinets

Le médecin voit également d'un bon oeil l'arrivée du vaccin AstraZeneca, qui devrait être autorisé en France ce mardi. Les conditions pour le stocker et le transporter sont moins complexes que pour les deux autres, puisqu'il n'y a pas besoin de supercongélateur : "Les médecins sont capables de vacciner, et de repérer les publics les plus fragiles dans leur patientèle", assure-t-il. 

"L'idée serait que les pharmaciens nous mettent à disposition des lots de vaccin chaque semaine, qu'on garderait dans un frigo, et qu'on ferait au fil de l'eau ou avec une plage de consultations", espère Jacques Battistoni. Il estime que cette vaccination pourrait se mettre en place "d'ici 10 à 15 jours". 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess