Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : Martine Aubry craint une pénurie de vaccins et demande "la vérité" au gouvernement

-
Par , France Bleu Nord, France Bleu

La maire de Lille Martine Aubry s'est rendue ce lundi 18 janvier dans l'un des deux centres de vaccination contre le Covid-19 installés dans sa ville. L'ancienne ministre de la Santé alerte sur une pénurie de vaccins.

Martine Aubry, maire de Lille et ancienne ministre de la santé, demande au gouvernement "la vérité" sur le nombre de vaccins
Martine Aubry, maire de Lille et ancienne ministre de la santé, demande au gouvernement "la vérité" sur le nombre de vaccins © Radio France - Eric Turpin

En visite dans la salle de fêtes de Fives, transformée en centre de vaccination contre le Covid-19, la maire socialiste de Lille, Martine Aubry, a dit son "inquiétude" face à une éventuelle pénurie de vaccins en France. Ce lundi 18 janvier, la vaccination a été élargie aux plus de 75 ans, et aux personnes vulnérables qui présentent de forts risques de développer des formes graves de la maladie.

On est vraiment en pénurie de vaccins

"Que le gouvernement dise la vérité ! Qu'on ne recommence pas la même histoire qu'avec les masques ou les tests", a exhorté la maire de Lille à l'issue de sa visite.  "Ma conviction", a-t-elle poursuivi, "c'est qu'on est vraiment en pénurie de vaccins".

La mairie de Lille a ouvert deux centres, qui peuvent respectivement vacciner 800 et 840 personnes par semaine, mais souhaitait en ouvrir davantage, notamment au Zénith. "Le préfet nous a demandé d'organiser deux centres mais pas plus", assure Martine Aubry.

Selon l'ancienne ministre de la Santé, "la vraie difficulté, c'est qu'on a un nombre de doses extrêmement restreint. Je comprends fort bien qu'on donne plus de doses aux zones qui sont largement infectées, mais qu'on nous le dise, qu'on ne nous fasse pas croire que toutes les personnes de plus de 75 ans peuvent s'inscrire alors qu'aujourd'hui, tout est bloqué".

Choix de la station

À venir dansDanssecondess