Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 - Médecins et pharmaciens peuvent commander des vaccins Moderna : qu'est-ce que cela va permettre ?

-
Par , France Bleu

Les commandes de vaccin contre le Covid-19 de Moderna ouvrent à partir de ce lundi 17 mai aux médecins généralistes et pharmaciens. Ils seront livrés à partir du 27 mai. Cela va faciliter la vaccination "en ville", freinée jusqu'ici par la méfiance envers AstraZeneca.

Les médecins, pharmaciens et infirmiers pourront vacciner avec du produit Moderna à partir de la semaine du 24 mai [photo d'illustration].
Les médecins, pharmaciens et infirmiers pourront vacciner avec du produit Moderna à partir de la semaine du 24 mai [photo d'illustration]. © Radio France - Thierry Boulant

Les médecins et pharmaciens peuvent commander des doses du vaccin contre le Covid-19 de Moderna à partir de ce lundi 17 mai. Ils seront livrés à partir du 27 mai et ainsi vacciner avec ce produit dont l'utilisation était jusqu'ici réservée aux centres de vaccination. 

Moderna sera entièrement basculé dans ce nouveau circuit de distribution "en ville" et "il n'y aura plus de primo-injections Moderna dans les centres", a précisé le ministère de la Santé. En revanche, les Français qui ont reçu une première injection de Moderna dans un centre de vaccination pourront toujours s'y rendre pour recevoir leur seconde dose.

Une alternative à Astrazeneca

Jusqu'ici, les vaccins à ARN messager de Pfizer/BioNTech et de Moderna n'étaient utilisés que dans les centres de vaccination en raison de leurs conditions de conservation : - 70 degrés pour le premier, - 20 degrés pour le second. Cela nécessitait d'avoir à disposition des congélateurs spécifiques. Cependant, lorsqu'un flacon de Pfizer est décongelé, il faut l'utiliser sous cinq jours contre un mois pour Moderna.

Une expérimentation de plusieurs semaines a été menée avec Moderna en Moselle. "Le test consistait à respecter la chaîne du froid et vérifier la chaîne d'approvisionnement. Cela a très bien fonctionné", a indiqué Gilles Bonnefond, le président de l'Union des syndicats de pharmaciens d'officine sur franceinfo. 

L'arrivée de Moderna dans les cabinets et les pharmacies est aussi possible grâce à de nouvelles livraisons : 450.000 doses étaient attendues la semaine passée, et encore davantage à partir de juin.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

L'arrivée de Moderna "en ville" va permettre aux médecins et pharmaciens de faciliter une vaccination freinée par la mauvaise réputation du vaccin AstraZeneca. "On n'a pas eu de chance. On nous a donné la possibilité de ne vacciner qu'avec l'AstraZeneca qui est arrivé tard, avec peu de doses et des ruptures d'approvisionnement. Ensuite, la polémique s'est enclenchée sur les effets secondaires", a rappelé le président de l'USPO. Résultat : AstraZeneca est "boudé" par de nombreux Français : "On essuie de plus en plus de refus pour l'AstraZeneca", témoignait dès le début avril Thierry Keller, président de l'Ordre des médecins de l'Indre sur France Bleu Berry. "On se retrouve confrontés maintenant à des gens qui ne veulent pas de deuxième dose d'AstraZeneca alors qu'ils en ont eu une première, car ils préfèrent aller en centre de vaccination, avec du Pfizer ou Moderna", raconte aussi le docteur Marie-France Tissereaud-Tartarin, interrogée par France Bleu Poitou. Certains professionnels de santé ont même dû jeter des doses. "Maintenant il y a le Janssen qui arrive mais il y a aussi des problèmes d'approvisionnement", a ajouté Gilles Bonnefond.

Cette arrivée va également permettre aux médecins généralistes et aux pharmaciens de vacciner des personnes plus jeunes puisque AstraZeneca et Janssen ne peuvent être administrés qu'aux plus de 55 ans.

L'ouverture des commandes de Moderna pour les médecins généralistes étaient donc très attendue. Certains professionnels de santé demandent maintenant de faire la même chose avec Pfizer/BioNTech. Mais il n'a pas vocation "à ce stade" à être utilisé hors des centres de vaccination, en raison notamment d'une logistique plus contraignante, a précisé le ministère de la Santé.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess