Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : rationnement des doses dans les centres de vaccination de la Manche

-
Par , France Bleu Cotentin

Alors que la campagne de vaccination s'est ouverte il y a plus d'une semaine pour les plus de 75 ans hors-Ehpad, celle-ci semble parfois marquer le pas. Les 7 centres de vaccination de la Manche ont notamment dû se réadapter.

Une infirmière préparent une injection du vaccin Pfizer à la polyclinique du Cotentin, janvier 2021.
Une infirmière préparent une injection du vaccin Pfizer à la polyclinique du Cotentin, janvier 2021. © Radio France - Pierre Coquelin

Pas forcément de pénurie pour l'instant, mais plutôt un rationnement. Dans la Manche, la campagne de vaccination semble victime de son succès. Alors que l'engouement semblait fort depuis l'ouverture aux plus de 75 ans hors-Ehpad, l'heure est désormais à la retenue. Les robinets ne sont toujours pas ouverts du côté des laboratoires qui continuent de livrer au compte-goutte.

Des rendez-vous annulés

Au centre de vaccination de Cherbourg par exemple, le carnet de rendez-vous était plein jusqu'au mois de mars. Mais le responsable, le docteur Philippe Cholet, également membre de l'union régionale des médecins libéraux, a revu sa copie. "Nous avons annulé tous les rendez-vous qui étaient pris au-delà des 4 prochaines semaines", confie celui qui a ainsi répondu à une consigne de l'agence régionale de santé (ARS). 

Une manière de pouvoir conserver assez de doses pour les premières personnes déjà vaccinées. "L'engouement a été vraiment fort lorsque la vaccination s'est ouverte à ce public", confie Philippe Cholet. Mais c'était sans compter sur un facteur particulièrement important : le rappel qui doit être injecté 3 à 4 semaines après la première piqûre. A raison de 576 doses hebdomadaires confiées par l'ARS, le centre de Cherbourg n'aurait pas pu assumer ces seconds vaccins.

En attente des livraisons

Pour Philippe Cholet, il suffit de prendre un peu son mal en patience. "Il y aura des vaccins pour tout le monde", rassure-t-il. Mais, alors que le laboratoire Pfizer annonce un retard à la livraison, cela pourrait prendre un peu plus de temps que prévu. "Les rendez-vous reprendront une fois que nous aurons une meilleure visibilité sur l'approvisionnement", conclut le docteur Philippe Cholet.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess