Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : "On se laisse le droit de faire évoluer les mesures contraignantes", dit la préfète de la Vienne

-
Par , France Bleu Poitou

Face à la progression de l'épidémie de coronavirus dans le Vienne et le passage du département en alerte rouge, Chantal Castelnot, la préfète est venue détailler ses mesures sur France Bleu, ce mercredi 23 septembre. "Tout a été décidé en concertation avec les élus locaux", souligne-t-elle.

Chantal Castelnot, la préfète de la Vienne, lors de sa prise de poste.
Chantal Castelnot, la préfète de la Vienne, lors de sa prise de poste. © Radio France - Anne Tréguer

Lundi 21 septembre, la préfecture de la Vienne, impose de nouvelles mesures sanitaires pour éviter une plus large propagation du Covid-19. Elles concernent le port du masque qui devient désormais obligatoire dans certains quartiers et événements du département passé en alerte rouge depuis le week-end, à Poitiers et Buxerolles. "Toutes les décisions ont été prises en concertation avec les élus locaux, explique sur France Bleu ce mercredi, Chantal Castelnot, la préfète de la Vienne. La maire de Poitiers et les maires de communes voisines avec une forte densité urbaine ont été consultés". 

Mais au-delà de ces discussions, comment ont été choisis les lieux où le port du masque est maintenant obligatoire ? "Ce sont des lieux où, très régulièrement, les nuits de la fin de semaine sont agitées, détaille la préfète. Nous avons sur place des soucis autour du non respect des consignes sanitaires"

 On se laisse le droit de faire évoluer les mesures contraignantes

Châtellerault, avec ses 31.000 habitants, n'est pas concerné par ces mesures. Car la préfète assure qu'il n'y a pas dans la ville, "les mêmes soucis de concentration de population. Il n'y a pas la même population étudiante notamment". Chantal Castelnot précise que la situation est étudiée à chaque fois que de nouveaux bilans épidémiologiques sont publiés. "On se laisse le droit de faire évoluer les mesures contraignantes", affirme-t-elle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess