Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

VIDÉO - Covid-19 : selon le directeur de l'ARS, "la lassitude est là, mais ne nous déconcentrons pas"

-
Par , France Bleu Nord

Avec des taux d'incidence de 235 et 253 pour 100.000 habitants, le Nord et le Pas-de-Calais sont particulièrement touchés par l'épidémie de coronavirus, au-dessus de la moyenne nationale. Le variant britannique est très virulent dans le Dunkerquois. Entretien avec Benoit Vallet, directeur de l'ARS.

Une campagne de dépistage à grande échelle a lieu dans le Dunkerquois, secteur particulièrement touché par le coronavirus.
Une campagne de dépistage à grande échelle a lieu dans le Dunkerquois, secteur particulièrement touché par le coronavirus. © Radio France - Emmanuel Bouin

France Bleu Nord : Les courbes de l'épidémie sont très parlantes, on voit le taux d'incidence de la région monter, quand la moyenne nationale descend. La situation est-elle toujours sous contrôle dans le Nord et le Pas-de-Calais ? 

Benoit Vallet : Tant que les taux d'incidence s'élèvent, on ne peut pas parler de contrôle. La Covid est installée, elle continue de nous menacer. La vaccination n'est pas encore assez importante sur la région pour protéger. La population reste exposée. Ne nous déconcentrons pas, continuons les mesures de barrières physiques et de distanciation sociale. La lassitude est là, mais il ne faut pas la laisser nous vaincre. 

Dans le Dunkerquois, le variant britannique représente plus de 72% des contaminations : va-t-il rester contenu à la côte d'Opale, ou risque-t-il de s'étendre dans les mêmes proportions au reste de la région ? 

Cette diffusion du variant est vraisemblable, elle n'est pas propre à la région des Hauts-de-France. 

Avez-vous identifié des foyers de contamination à Dunkerque, notamment des clusters qui seraient liés à une forme de carnaval clandestin ?

Le maire de Dunkerque a été très clair : ce carnaval n'a pas lieu. S'il y a des personnes qui continuent à avoir des moments de convivialité dissimulés, on ne peut que les encourager à respecter les consignes données ces derniers jours. 

À l'hôpital de Dunkerque, la situation est très tendue, les soignants eux-mêmes parlent de "marée" qui les submerge et d'une saturation permanente : les transferts vers d'autres hôpitaux suffisent-ils ? 

La région est solidaire, nous contrôlons cette situation. Douze transferts ont eu lieu entre le 7 et le 10 février vers les hôpitaux de Lille, Boulogne, Béthune, Arras, Roubaix. Nous avons augmenté les capacités, et atteint près de 700 lits de réanimation dans la région. J'espère que nous n'aurons pas à continuer cette progression.

Une campagne de dépistage à grande échelle de deux jours se termine ce vendredi soir dans le Dunkerquois et les Flandres : avez-vous un bilan intermédiaire ? 

Environ 900 tests ont été réalisés la première journée, avec peu de positifs pour les tests antigéniques. Nous attendons les résultats des PCR. S'il faut continuer le dépistage plus longtemps, nous le ferons. 

Vous avez annoncé que le Dunkerquois allait bénéficier de 2.400 vaccins supplémentaires : qui sera vacciné en priorité ? 

Nous faisons une campagne de vaccination très ciblée sur les personnes de plus de 75 ans les plus fragiles, notamment les personnes isolées à domicile. Pour cela, nous avons travaillé avec les médecins généralistes et les maires. Cette vaccination se fait en moins de deux semaines. D'autres doses vont venir sur le littoral, aussi bien à Calais qu'à Dunkerque.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess