Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : "super-congélateur", centres municipaux... comment l'Alsace se prépare à vacciner

-
Par , France Bleu Alsace, France Bleu Elsass

Les personnes âgées en Ehpad doivent être vaccinées en priorité, dès l’arrivée des tous premiers vaccins contre le coronavirus. Voilà la recommandation de la Haute Autorité de Santé ce lundi 30 novembre. Alors en Alsace, on se prépare pour cette campagne.

Une dose de vaccin Covid-19
Une dose de vaccin Covid-19 © Maxppp - Jean-François FREY

C’est un super-congélateur au cœur de toutes les attentions : un réfrigérateur spécial va être livré dès la semaine prochaine (à partir du jeudi 10 décembre) à l’hôpital de Strasbourg afin de conserver les toutes premières doses de vaccins contre le coronavirus. Car le défi de cette campagne, qui va débuter dans les maisons de retraite, c’est de respecter la chaîne du froid, de la fabrication du vaccin jusqu’à ce qu’il soit inoculé aux patients. Les premiers vaccins disponibles devraient être ceux de Moderna et de Pfizer, qui doivent être conservés respectivement à -20 et -80 degrés.

La France a acheté 50 super-congélateurs et va en distribuer un à chaque département. Ils seront livrés dès la semaine prochaine, dès le 10 décembre. Dans le Bas-Rhin, ce sera à l’hôpital de Strasbourg, point névralgique dans la région. "Ce sera la base logistique pour conserver ces vaccins, avant de les envoyer partout dans le département afin que les médecins traitants vaccinent leurs patients, d’abord dans les Ehpad" confirme Alexandre Feltz, adjoint à la santé à la ville de Strasbourg. Pour le Haut-Rhin, ce devrait être l’hôpital de Mulhouse ou de Colmar.

Livrer les 243 maisons de retraite alsaciennes : un défi logistique

Ensuite, il faudra aller vite. Une fois sorti du congélateur, ces vaccins doivent être placés au frigo et inoculés dans les 4-5 jours maximum. La distribution vers les 243 maisons de retraite d’Alsace s’avère donc un sacré défi logistique. "Ce n’est pas les Ardennes et ses 25 Ehpad...", confie un responsable de l’ARS.  "Dans les maisons de retraite, on est prêt", estime de son côté Pascal Meyvaert, médecin généraliste à Gerstheim et président de l’association des médecins coordonnateurs en Ehpad d’Alsace. "Les résidents sont concentrés dans nos établissements et puis on a l’habitude de les vacciner contre la grippe saisonnière par exemple. La partie délicate réside dans le transport jusqu’à l’Ehpad", confirme-t-il.

Autre difficulté : ces vaccins sont dits "multidoses". Quand on ouvre un flacon, c’est pour cinq personnes en général, même si les conditionnements restent à définir. Et pas question d’en jeter…

A Strasbourg, un centre municipal mobilisé

La campagne va donc fortement mobiliser les médecins traitants. "C’est très important de faire passer ces vaccins par ces médecins qui ont la confiance de la population", soutient Alexandre Feltz, satisfait que la vaccination ne soit pas obligatoire. "Il ne faut pas faire l’erreur qu’on a fait avec la grippe H1N1 où l’on est parti sur de grands centres de vaccination avec des praticiens que les gens ne connaissent pas". La ville de Strasbourg ne va donc pas mobiliser de grands centres de vaccination, comme Berlin ou Paris, mais elle va en revanche mobiliser son centre municipal de vaccination, qui rassemble des médecins vacataires et un infirmier coordinateur. Il est situé au centre administratif près du parc de l'Etoile.

Car Strasbourg est l’une des rares villes de France à avoir conservé une régie municipale de vaccination. "On pourra venir en complément pour aller vers des personnes qui n’ont pas de médecins traitants, qui sont hébergés dans des hôtels social ou des centres d’hébergement d’urgence, afin que tout le monde ait accès au vaccin, même les plus précaires".

Vaccination : les 5 phases recommandées par la Haute autorité de santé
Vaccination : les 5 phases recommandées par la Haute autorité de santé © Visactu
Choix de la station

À venir dansDanssecondess