Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : un masque "tueur de virus" mis au point avec l'université de Lille

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Nord, France Bleu

C'est l'un des gestes barrières essentiels pour lutter contre l'épidémie de coronavirus : le port du masque. Grâce aux chercheurs de l'université de Lille, en partenariat avec le CHU, une entreprise française vient de lancer sur le marché un masque virucide. Il bloque et tue le virus.

Le masque Cidaltex est en train d'être testé par des soignants du CHU de Lille
Le masque Cidaltex est en train d'être testé par des soignants du CHU de Lille - - Photo fournie par Bioserenity

C'est l'aboutissement d'une course contre l'épidémie de Covid-19 qui aura duré neuf mois : un fabricant français de masques, Bioserenity, vient de mettre sur le marché un masque virucide, tueur de virus.

La recherche a été réalisée par l'Université de Lille, l'INSERM et le CHU de Lille, gage de "rigueur scientifique" selon le Directeur général de l'entreprise, Marc Frouin.

Une molécule piège et tue le coronavirus

Ce masque Cidaltex s'attaque au virus contenu dans les gouttelettes que nous expirons, qui peut, en intérieur, rester en suspension dans l'air pendant 5 à 7 heures. Comme les autres masques, le tissu filtre et bloque le virus. Mais une couche située à l'intérieur du masque parvient à le rendre inactif.

99,9% d'efficacité

Elle contient une molécule, fabriquée à partir d'amidon de maïs, en forme d'anneau. La cyclodextrine fixe l’agent antiviral qu’elle libère pour tuer le virus dans le masque. Les tests effectués dans les laboratoires lillois ont montré que ce procédé éliminait 99,9% de virus en cinq minutes, 99,96% en vingt minutes. 

"On ajoute une efficacité chimique à une protection physique" résume Pascal Odou, professeur à la faculté de pharmacie, responsable du département pharmaceutique du CHU de Lille, où 600 soignants testent le masque. Ainsi éliminé, le virus ne reste pas sur le masque. Cela a aussi un intérêt lorsqu'il s'agit de le jeter : le masque usagé n'est plus source de contamination.

Efficace sur les variants ?

Selon les chercheurs, il n'y a pas lieu de s'inquiéter de l'efficacité face aux variants du Covid-19 : "cela fonctionnera", assure Bernard Martel, enseignant-chercheur à l'université de Lille, "l'agent actif est indifférent aux mutations".  

Masques à usage unique

Cette technique virucide est déclinée en deux types de masques, à usage unique : de type médical (FFP) et de type grand public (chirurgical). Les premiers viennent d'être mis sur le marché, les seconds le seront après l'obtention de l'agrément CE, à partir de lundi 22 février.

Soignants prioritaires

Ils seront vendus en priorité aux soignants, puis rapidement disponibles en pharmacies, pour le grand public (1,49 euro pour le FFP, 0,44 euro pour le chirurgical). Les masques sont fabriqués en France, dans une usine de Troyes, où la capacité de production est d'un million d'unités par jour.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess