Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : un traitement à l'hydroxychloroquine n'a pas d'effet bénéfique selon une étude du CHU d'Angers

-
Par , France Bleu Mayenne, France Bleu Loire Océan

Un traitement à l'hydroxychloroquine n'a pas eu d'effet bénéfique par rapport au traitement habituel utilisé pour soigner les patients atteints du coronavirus, selon une étude réalisée par le CHU d'Angers sur un échantillon de 250 patients, révélée par l'Agence France Presse.

Arrivée de deux malades atteints de Coronavirus transférés de l'hôpital de Lyon, qui est en saturation, au CHRU de Nancy par évacuation sanitaire par avion.
Arrivée de deux malades atteints de Coronavirus transférés de l'hôpital de Lyon, qui est en saturation, au CHRU de Nancy par évacuation sanitaire par avion. © Maxppp - Alexandre MARCHI

L'usage de l'hydroxychloroquine a donné lieu à de violentes polémiques en France, un traitement que défend notamment le professeur Didier Raoult. L'étude, menée par le CHU d'Angers, baptisée Hycovid, relance une nouvelle fois ce débat scientifique et politique.

"Dans cet essai impliquant principalement des patients âgés atteints de Covid-19 de forme légère à modérée, ceux traités à l'hydroxychloroquine n'ont pas présenté une meilleure évolution clinique ou virologique que ceux qui ont reçu un placebo" a expliqué à l'AFP le professeur Vincent Dubée, coordonnateur de cette étude réalisée sur 250 malades d'un âge moyen de 77 ans, certains présentant une maladie chronique ou souffrant de problèmes respiratoires. 

Cette étude, précisent nos confrères de l'AFP, devait au départ inclure 1.300 patients atteints de la Covid-19 "pour répondre avec certitude à l'objectif de l'étude mais 250 patients c'est un effectif confortable" estime le médecin angevin qui reconnait, cela dit, que "ce manque statistique fait planer une incertitude dans nos conclusions"

Choix de la station

À venir dansDanssecondess