Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 : une campagne massive de tests va débuter pour 100.000 lycéens en Auvergne-Rhône-Alpes

La région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé vendredi le lancement dès la semaine prochaine d'une campagne de tests massive visant 100.000 lycéens et d'une opération d'enquête épidémiologique dans des écoles, collèges et lycées de la région.

Covid-19: une campagne massive de tests et enquête épidémiologique pour 100 000 lycéens va débuter en Auvergne-Rhône-Alpes (illustration)
Covid-19: une campagne massive de tests et enquête épidémiologique pour 100 000 lycéens va débuter en Auvergne-Rhône-Alpes (illustration) © Maxppp - Eric Ottino

La région Auvergne-Rhône-Alpes a annoncé vendredi le lancement dès la semaine prochaine d'une campagne de tests massive visant 100.000 lycéens et d'une opération d'enquête épidémiologique dans des écoles, collèges et lycées de la région. "Face au retour du virus et à la menace du confinement, nous lançons jusqu'à la fin du mois de mars une campagne de tests massive avec pour objectif de viser 400 lycées et une centaine de centres d'apprentissage avec la volonté de réaliser à peu près 100.000 tests", a déclaré Laurent Wauquiez, président LR du conseil régional.

Ces tests PCR seront effectués en partenariat avec une cinquantaine de laboratoires dont le personnel viendra effectuer les prélèvements sur la base du volontariat et avec l'accord des familles, précise Laurent Wauquiez. Fin décembre, une campagne de tests avait déjà permis de dépister près de 800.000 personnes dans la région, dont 100.000 lycéens.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Une enquête épidémiologique

Par ailleurs, la région va appuyer une enquête épidémiologique, présentée comme une première en France, sous la direction du professeur Bruno Lina, directeur du Centre national de référence des virus infectieux respiratoires à l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon et membre du Conseil scientifique. 

Cette enquête, qui ciblera plusieurs écoles, collèges et lycées, voire des universités, permettra de déterminer le niveau de circulation du virus dans ces établissements mais aussi d'observer une "veille" de l'épidémie, a annoncé le professeur Lina devant la presse vendredi. "On s'est rendu compte que le niveau de détection que l'on peut observer dans les établissements est souvent le reflet de ce qui se passe dans la population de leur environnement", a-t-il expliqué.

"Identifier les élèves contaminés, de les sortir du site de façon à casser les chaînes de transmission" - Bruno Lina, directeur du Centre national de référence des virus infectieux respiratoires à l'hôpital de la Croix-Rousse à Lyon

L'objectif est aussi d'avoir un moyen "d'identifier les élèves contaminés, de les sortir du site de façon à casser les chaînes de transmission", ainsi que d'assurer "une surveillance séquentielle" permettant d'établir si les efforts fournis par ces établissements, notamment lorsqu'il y a des foyers détectés, sont fructueux ou non. "À terme, l'idée serait aussi d'être capable, lorsqu'il n'y a aucun cas détectés, de lever un certains nombre de mesures pour assouplir le fonctionnement de l'établissement", a ajouté le professeur Lina.

Le projet doit démarrer avec une étude pilote dans un petit nombre d'établissements où seront menés des dépistages répétitifs salivaires, de la mi-mars à juin. En Auvergne-Rhône-Alpes, le Rhône et la Drôme font partie des 20 départements placés jeudi sous "surveillance renforcée"  et susceptibles d'être reconfinés localement.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Choix de la station

À venir dansDanssecondess