Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid-19 : une pression hospitalière au plus haut depuis le début de l'épidémie dans les Hauts-de-France

L'Agence Régionale de Santé a annoncé ce jeudi 25 mars une pression hospitalière record depuis le début de l'épidémie, dans les Hauts-de-France. Les établissements vont devoir augmenter le nombre de lits de réanimation et déprogrammer des interventions, pour faire face à l'afflux des patients.

Les services réanimation arrivent à saturation, dans les Hauts-de-France
Les services réanimation arrivent à saturation, dans les Hauts-de-France © Maxppp - Clementz Michel

Malgré les mesures de freinage mises en place le week-end dernier, l'Agence Régionale de Santé (ARS) reconnaît, ce jeudi 25 mars, que la situation hospitalière dépasse les pics des deux premières vagues de l'épidémie dans la région. 3.281 personnes sont actuellement hospitalisées, un record depuis le début de l'épidémie il y a un an, et les établissements risquent de manquer de lits de réanimation très rapidement.

Dans son communiqué, l'ARS dénombre "60 à 70 personnes qui entrent en réanimation et soins intensifs, chaque jour dans la région". Ce mercredi soir, 593 patients Covid étaient pris en charge, contre 580, il y a un an, début avril 2020. Le taux d’occupation dans ces services atteint près de 90 %, malgré l’ouverture de places supplémentaires. 

Plus de lits en réanimation et des transferts de patients

Face à cette situation, l’ARS demande aux établissements de santé publics et privés de se mobiliser pour atteindre 950 lits de réanimation pour la fin de la semaine. La capacité est limitée aujourd'hui à 887 lits. Ceci se fera au prix de nouvelles déprogrammations d’interventions. Selon l'Agence, "le niveau de déprogrammation d’interventions non urgentes atteint selon les établissements 40 à 50 %." L’ensemble des établissements publics et privés doivent également mettre à disposition du personnel en renfort. 

38 transferts de patients hospitalisés en réanimation ont déjà été réalisés, vers la Belgique, la Normandie, la Bretagne et la Nouvelle-Aquitaine, depuis le début du mois de mars. Selon l'ARS, _"_ces transferts restent indispensables pour continuer de maitriser la situation et accueillir les patients Covid ou non Covid dont l’état de santé nécessite une prise en charge en soins critiques."

La vaccination s'accélère

En parallèle, le rythme des injections s’est fortement accéléré dans la région, depuis un mois. De 8.000 injections par jour en février, les services ont dépassé les 19.000 injections par jour depuis le début du mois de mars. "Des créneaux de vaccination sont désormais disponibles 7 jours / 7 dans les cinq départements, ajoute l'ARS, avec une activité très importante les samedis et dimanches, de l’ordre de 25.000 à 30.000 injections par jour, qui fait des Hauts-de-France la région qui vaccine le plus le week-end."

Dans son dernier bilan au 23 mars, l'ARS dénombre 798.359 injections dans la région. 605.720 habitants ont reçu au moins une dose (soit 10,2 % de la population, contre 9,5 % au niveau national) et 173.764 habitants sont pleinement vaccinés avec deux doses. L'Agence précise que les Hauts-de-France ont la meilleure couverture vaccinale de l'Hexagone (avec au moins une dose) sur toutes les tranches d’âge de 50 à 79 ans.

Et la vaccination va encore s’accélérer. Emmanuel Macron annonçait lundi, l'arrivée de 60.000 doses supplémentaires, dans les deux prochaines semaines. A partir de samedi, l’ensemble des personnes âgées de 70 ans pourront recevoir des injections. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess