Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : vaccination dans l'Hérault, mode d'emploi

-
Par , France Bleu Hérault

Avec les premières injections ce lundi 4 janvier, la campagne de vaccination contre le Covid-19 démarre officiellement dans l'Hérault. Elle doit monter en puissance dans les jours qui viennent, en s'élargissant aux personnels de santé, hospitaliers et libéraux.

Les premières vaccinations contre le Covid ont eu lieu ce lundi dans l'Hérault au pôle gérontologie du CHU de Montpellier
Les premières vaccinations contre le Covid ont eu lieu ce lundi dans l'Hérault au pôle gérontologie du CHU de Montpellier © Radio France - Marie Ciavatti

Yvon, 90 ans, pensionnaire du centre Bellevue (CHU de Montpellier). Ce lundi 4 janvier, sous l'œil des journalistes, il est le premier vacciné contre le Covid-19 dans l'Hérault. 20 personnes ont ainsi reçu leur injection à Montpellier, résidents du pôle de gérontologie, mais aussi personnels soignants, hospitaliers et libéraux puisque le gouvernement vient d'élargir le public éligible aux personnels de santé de plus de 50 ans ou présentant des troubles de comorbidité. Cela concerne potentiellement 3.200 salariés, a minima, au CHU. 

Soulagement

L'arrivée de ce vaccin, c'est un jour "historique" pour le directeur du CHU Thomas Le Ludec. "Ça fait 11 mois qu'on est dans cette galère. Avoir un vaccin en janvier, qu'on ne nous annonçait que pour l'été ou le printemps, c'est une libération." Même soulagement du côté des soignants.

"On l'attendait depuis longtemps, témoigne Hubert Blain, chef du pôle gérontologie. Parce que le risque que l'on s'infecte et surtout que l'on infecte des patients âgés est important. On a vu les dégâts qu'a fait le Covid dans les unités de soins de longue durée. 20.000 morts. C'est une épidémie qui ne va pas s'arrêter seule donc évidemment la vaccination est la solution pour sécuriser nos soins".  

"Jour historique", pour tourner la page de 11 mois de galère, selon le directeur du CHU de Montpellier

15.000 doses

Le CHU a déjà reçu près de 4.875 doses la semaine dernière. Il en recevra près de 10.000 supplémentaires ce mercredi et servira de centre "pivot" pour les autres hôpitaux du secteur. C'est lui qui reçoit les doses congelées et les redistribue ensuite sous forme décongelée aux établissements de Sète, Béziers, Lodève, Pézenas, Bédarieux, Clermont-l'Hérault, Lunel, Millau ou encore Saint Affrique. Les Ehpad et unités de long séjour du secteur privé seront livrés par un autre circuit, directement depuis les plateformes nationales de stockage.

"On a vu les dégâts du Covid". Le soulagement du directeur du pôle gérontologie du CHU de Montpellier

Vaccination

Dans les unités pour personnes âgées, initialement cibles prioritaires, le recueil du consentement a pris du temps. Il a fallu d'abord informer les résidents et leurs familles. Au pôle gérontologie du CHU par exemple moins de la moitié ont donné leur réponse à ce jour. L'ARS estime que tous les pensionnaires volontaires auront reçu leurs deux injections d'ici début février. Ce devrait être beaucoup plus rapide pour les autres publics.

Reportage avec les premiers vaccinés du centre Balmès du CHU de Montpellier.

Le CHU entame dès ce mardi le recensement des volontaires au sein de son personnel. Deux centres de vaccination vont ouvrir cette semaine à Montpellier, l'un dans le centre-ville, l'autre à l'hôpital Lapeyronie, tous deux ouverts aux personnels hospitaliers et libéraux de plus de 50 ans. Il leur suffira de prendre rendez-vous et tout se fait dans la foulée : la consultation pré-vaccinale, la vaccination, suivie d'un temps de repos dans une salle de surveillance. Chaque personne vaccinée doit en effet être placée en observation un quart d'heure au moins après l'injection. 

Montée en puissance

En réponse aux critiques sur les débuts ratés de la campagne de vaccination, le directeur de l'ARS Pierre Ricordeau se veut optimiste. "Nous allons monter en puissance tout au long du mois de janvier avec les soignants, pour attaquer dès début février la vaccination des plus de 75 ans à domicile, et ensuite des plus de 65 ans". 

Le directeur de l'ARS Occitanie, Pierre Ricordeau, annonce une montée en puissance des vaccinations dans les jours qui viennent

Le gouvernement préconise l'ouverture de trois centres de vaccination en moyenne par département. Il y en aura très probablement plus dans l'Hérault selon l'ARS.  

Signe d'une volonté d'accélérer la campagne, le ministre de la Santé annonce ce mardi un élargissement de la vaccination aux pompiers et aux aides à domicile de plus de 60 ans. 

Choix de la station

À venir dansDanssecondess