Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid : 60.000 Sarthois de plus de 75 ans vont recevoir un courrier de la CPAM pour se faire vacciner

-
Par , France Bleu Maine

Maude Bosser, directrice adjointe de la CPAM de la Sarthe, était l'invitée de France Bleu Maine ce jeudi matin. Elle nous précise les règles de la vaccination pour les plus de 75 ans et celles des nouveaux arrêts maladie sans certificat médical pour casser la chaîne de contamination.

La vaccination pour les plus de 75 ans hors Ehapd doit débuter le lundi 18 janvier en Sarthe
La vaccination pour les plus de 75 ans hors Ehapd doit débuter le lundi 18 janvier en Sarthe © Maxppp - Michael Reichel

Alors que les personnes âgées de plus de 75 ans qui vivent en dehors des Ehpad pourront se faire vacciner à partir du 18 janvier, la directrice adjointe de la CPAM de la Sarthe, Maude Bosser, était l'invitée de France Bleu Maine ce jeudi. Elle est revenue sur la stratégie vaccinale et les nouvelles mesures concernant les cas contacts.

France Bleu Maine : A partir de lundi 18 janvier, les plus de 75 ans qui ne vivent pas en Ehpad pourront se faire vacciner. On peut s'inscrire à partir d'aujourd'hui. Comment cela se passe-t-il en Sarthe ?

Maude Bosser : Au niveau de la Sarthe, c'est l'agence régionale de santé et la préfecture qui gèrent toutes les opérations de mise en œuvre de la vaccination. Donc nous la CPAM, nous intervenons en soutien et notamment pour l'information des assurés. Il y a des courriers et des mails qui vont partir vers les assurés sarthois pour préciser les modalités d'inscription. 

Quelles sont ces modalités ?

Il s'agit d'une inscription sur Internet ou alors se déplacer au niveau des centres de vaccinations. Il n'y a même pas besoin d'avoir un courrier spécifique car comme c'est sur un critère d'âge, le simple fait d'avoir une pièce d'identité ou sa carte vitale suffit. On peut vérifier que la personne a bien plus de 75 ans.

Donc vous nous dites qu'il n'est pas nécessaire de s'inscrire ?

Alors la précaution c'est de s'inscrire, après il y aussi la possibilité d'aller voir son médecin et de se faire accompagner par son vaccin. Car la vaccination peut poser pas mal de questions sur les risques éventuels, les effets secondaires. Donc le fait de passer par son médecin traitant quand on a plus de 75 ans pour se renseigner c'est important. Mais sinon voilà, c'est plutôt l'inscription sur le site internet ou alors prendre contact avec les centres de vaccination.

Maude Bosser, directrice adjointe de la CPAM de la Sarthe
Maude Bosser, directrice adjointe de la CPAM de la Sarthe © Radio France - Julien JEAN

L'ARS annonce d'ailleurs l'ouverture de deux centres de vaccination, à Mamers et au Mans. Combien de personnes représentent les plus de 75 ans dans notre département ?

Je crois que cela représente plus de 60.000 personnes. Mais cela va dépendre de l'engouement et de la volonté de se faire vacciner. Mais ça va faire beaucoup de monde dans les centres de vaccination la semaine prochain si tout le monde fait la démarche. 

On a beaucoup parlé ces derniers jours, des trois jours d'arrêt maladie sans jour de carence, si on a un doute ou des symptômes. Quelles sont les règles ?

Depuis la mise en place des brigades sanitaires au printemps 2020, ce qu'on appelle le contact tracing, d'ores et déjà au niveau des caisses primaires, on a des salariés qui sont chargés de contacter tous les patients positifs pour identifier leurs cas contacts et pouvoir les accompagner dans la mise en œuvre de l'isolement.

La nouveauté de ces derniers jours, c'est dès lors que l'on a des symptômes de la Covid - fièvre toux etc - on n'est pas obligé d'être contacté ou d'être identifié comme cas contact. On peut immédiatement se déclarer sur le site declare.ameli.fr et dire qu'on va s'isoler et qu'on s'engage à faire un test pour être couvert par un arrêt de travail. Une fois qu'on s'est déclaré, on va prendre rendez-vous pour faire le test et une fois qu'on a les résultats de son test, s'il est positif, on reste à l'isolement pendant sept jours et l'arrêt se poursuit et s'il est négatif, on reprend le travail par contre sur la période où on s'est déclaré et le résultat du test, on est couvert par l'arrêt de travail sans jour de carence. 

L'idée, c'est qu'on puisse très rapidement s'isoler pour éviter les risques de contamination et ne pas être pénalisé financièrement parce qu'on joue le jeu de la précaution.

Et il n'y a pas besoin d'aller voir son médecin avant ?

Non, aucun passage par le médecin. C'est une simple déclaration. Par contre, c'est limité et c'est conditionné au fait que l'on va se faire tester et qu'on inscrit derrière sur le site le résultat de son test.

Combien de temps a-t-on pour passer un test ?

Les tests, c'est très rapide actuellement dans les laboratoires. On peut le passer dans la journée et on a les résultats en moins de 24h.

Test PCR, antigénique, peu importe ?

Peu importe, oui.

Est-ce que vous ne craignez pas des fraudes avec ce système ?

Évidemment, il y a un risque. Mais des contrôles, on a les moyens d'en faire et pour l'instant ce n'est pas la priorité. La priorité, c'est de casser les chaines de contamination et que les gens qui jouent le jeu civique, en disant "j'ai des symptômes je ne vais pas travailler", ne soient pas pénalisés.

Précisons que la CPAM recrute une vingtaine de personnes en CDD pour assurer ces missions.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess