Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Covid : en Berry, les laboratoires en flux tendu

-
Par , France Bleu Berry

La campagne de dépistage du Covid se poursuit cette semaine en Berry : ce sera notamment le cas ce mardi à Bourges, place Etienne Dolet, mais aussi à St-Martin d'Auxigny. Encore faut-il que les capacités d'analyse suivent en laboratoire.

Francis Guinard, président de l'URPS Biologistes en Centre Val de Loire
Francis Guinard, président de l'URPS Biologistes en Centre Val de Loire © Radio France - Michel Benoit

Le gouvernement souhaite favoriser les tests massifs avec une capacité de 700.000 diagnostics par semaine. L'objectif est d'atteindre un million de tests par semaine cet automne, voire, 1.400.000.  Reste que les laboratoires ont du mal à suivre : manque de personnels, manque de réactif, la logistique n'est pas facile à organiser pour assurer une réponse rapide, dans les 48 heures maximum. Dans le Cher, on peut analyser environ 140 tests par jour (les départements voisins, mieux pourvus, sont également mis à contribution).  Cette capacité devrait plus que doubler fin septembre. Le laboratoire Bio excel a investi 150.000 euros dans une nouvelle machine. Elle pourrait traiter 750 échantillons par jour, mais voilà, le manque de réactif la bride au tiers de ses capacités : " Le fabricant nous promet 5.000 tests par mois alors que la machine pourrait en réaliser 15.000 explique Francis Guinard, responsable du laboratoire et représentant de l'URPS Biologistes en région Centre Val de Loire. Le fabriquant est obligé de contingenter les livraisons de réactif de façon a pouvoir répondre à la demande sur toute l'Europe et l'hémisphère Nord." 

Les tests de masse se poursuivent en Berry.
Les tests de masse se poursuivent en Berry. © Radio France - Michel Benoit

La logistique ne suit pas toujours... et certains profitent également de la situation pour faire grimper les prix. Exemple pour les gants : " Là, on commence à être approvisionner en gants, mais à des prix qui sont à peu près du triple de de ce qu'ils étaient avant la crise."  Il ne faut donc pas vous faire dépister si vous n'avez pas de bonnes raisons d'y prétendre et ceci, afin de ne pas encombrer inutilement les laboratoires. explique Francis Guinard : " Evidemment on peut se faire dépister sans prescription, mais il faut absolument se raisonner pour ne pas dépasser les capacités de laboratoires. Certaines personnes restent prioritaires : celles présentant des symptômes, celles qui doivent prendre l'avion, celles qui doivent se faire opérer ou qui rejoignent des structures de convalescence. Egalement les personnes qui rejoignent des structures collectives. On a déjà vu certains venir se faire dépister à huit jours d'intervalle, sans réelle raison Il faut qu'ils comprennent qu'on ne peut pas diagnostiquer 67 millions de français, tous les 15 jours !"  Et malheureusement les tests salivaires, plus rapides ne présentent pas pour le moment,  une fiabilité suffisante.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess