Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Corona : les dentistes isérois ne savent pas s'ils pourront rouvrir leurs cabinets le 11 mai, faute de masques

-
Par , France Bleu Isère

Les dentistes isérois sont en colère. Le 16 mars, le Conseil de l'Ordre décidait de fermer les cabinets et organisait, seul, des permanences téléphoniques et des gardes pour les soins urgents. Mais le 11 mai, ils ne savent comment s'ils pourront rouvrir faute de matériel de protection suffisant.

Les cabinets dentaires sont fermés depuis le 16 mars en Isère
Les cabinets dentaires sont fermés depuis le 16 mars en Isère -

C'est la colère et l'incompréhension qui dominent chez les mille dentistes que compte l’Isère. Ils se sentent oubliés par l'Etat. Dès le début de la crise du Covid-19, le Conseil de l'Ordre décide seul de fermer les cabinets dentaires, le 16 mars, par principe de précaution.

Le Conseil de l'Ordre des dentistes de l’Isère a mis, seul, en place un système de gardes et de téléconsultations

ll n'y avait pas assez de masques pour travailler en sécurité, priorité étant donnée aux médecins soignant les malades du coronavirus. Les dentistes isérois se sont donc organisés seuls en mettant en place, sept jours sur sept, une permanence téléphonique gratuite pour leurs patients, les cas les plus graves étant orientés vers  six cabinets de garde, répartis dans toute le département. En un mois et demi, il y a eu 35.000 télé-consultations et chaque jour ce sont 90 patients qui sont soignés dans les cabinets de garde. Autant de travail en moins pour le service des urgences, qui n'était donc pas engorgé par ces cas-là.

Quand Olivier Véran oublie de parler des dentistes

Mais, lors de sa conférence de presse du 19 avril, évoquant les soignants, le ministre de la Santé a omis de parler des dentistes. Tollé de la profession qui s'est ému de cet oubli. "On a envoyé massivement des courriers au Ministère. On nous a répondu qu'on nous enverrait 150.000 masques !" explique le docteur Suzanne Huber, chirurgien-dentiste en Isère. "Mais comme on est 40.000 dentistes en France, faites le calcul, cela fait à peine quatre masques par praticien, et encore on ne compte pas nos assistants dentaires. Donc, on ouvre le 11 mai et on ferme le 12 au soir !"

Il y a urgence à rouvrir les cabinets dentaires, mais les conditions sanitaires ne sont pas réunies

Et le docteur Huber poursuit : "C'est une situation ubuesque, quand on sait que nos patients veulent qu'on rouvrent. Il y a une forte demande." Les affections dentaires non soignées peuvent entraîner de graves problèmes de santé, comme des septicémies mortelles, des problèmes cardiaques ou encore une aggravation du diabète pour les plus fragiles. Actuellement, 15 millions de Français seraient privés de soins dentaires.

Dès le 16 mars, une cellule de crise était installée au Conseil de l'Ordre pour organiser les gardes et les télé-consultations
Dès le 16 mars, une cellule de crise était installée au Conseil de l'Ordre pour organiser les gardes et les télé-consultations -

"Que l'État nous fasse confiance pour réorganiser la filière" - Le docteur Huber

Les dentistes demandent donc que l’État leur fasse confiance et les laisse organiser la réouverture de leurs cabinets. "Nous avons fait la preuve que nous étions capables de nous organiser, que nous avions une forte conscience de notre rôle de santé publique" souligne le Docteur Huber. "Nous voudrions que l'Etat nous permette de nouveau de _commander nous-mêmes masques et sur-blouses à nos fournisseurs habituels_, pour retravailler en toute sécurité pour nous et nos patients. Nous passons toutes nos journées dans la bouche de nos patients. Autant dire que nous sommes exposés. Nous devons changer nos masques toutes les deux heures !"

"Un patient par heure, au même tarif, cela ne sera pas tenable" - Le docteur Huber

Les dentistes demandent également à être soutenus par l’État. "Nos salariés sont au chômage partiel depuis le 16 mars, Nous avons versé les salaires, mais nous n'avons encore rien touché en retour. Les charges seront reportées et non annulées. Et puis un fonctionnement au ralenti se dessine pour les prochains mois. On devra prendre un patient par heure, une demi-heure de soin, une demi-heure pour aérer la pièce et la nettoyer. Et tout cela pour des actes toujours payés au même tarif. Il faudrait que l'Etat mette en place une cotation Covid." 

Ecoutez le reportage de France Bleu Isère sur la colère des dentistes

Les assureurs favorisés par rapport aux dentistes

Fin avril, alors que les cabinets isérois avaient fermé d'eux-mêmes depuis deux semaines, l'Agence Régionale de Santé publiait une recommandation de fermeture. Ce qui signifie que les dentistes pouvaient décider de continuer à travailler mais à leurs risques et périls, s'il y avait un souci. Or il aurait fallu, non pas une recommandation, mais un décret pour que les assureurs prennent en charge financièrement la perte d'exploitation des cabinets dentaires. Ce qui ne sera donc pas le cas, regrettent les dentistes, qui devront seuls éponger leurs pertes de revenus et certains redoutent de devoir mettre la clef sous la porte.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess