Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid long : "C'est une fatigue inconnue, rien que de réfléchir à faire à manger, c'est insurmontable"

-
Par , France Bleu Gironde, France Bleu

Alors que les regards sont braqués sur les variants du virus, une responsable de l'OMS a appelé à se pencher également sur le mystère des complications à long terme du Covid-19. L'une de nos journalistes, Laëtitia Heuveline, en souffre depuis plusieurs mois. Elle témoigne sur France Bleu Gironde.

Laëtitia Heuveline, journaliste à France Bleu Gironde, souffre de "Covid long" depuis plusieurs mois.
Laëtitia Heuveline, journaliste à France Bleu Gironde, souffre de "Covid long" depuis plusieurs mois. © Radio France -

Fatigue extrême, difficulté pour marcher ou encore pour respirer : de plus en plus de personnes disent souffrir de symptômes post-Covid. Pour faire reconnaître les séquelles à long terme de la maladie, deux députés de la majorité ont d'ailleurs rédigé une proposition de résolution qui sera votée mi-février à l'Assemblée nationale.

Pour l'heure, la communauté scientifique n'a pas d'explication ou de réponse précise à apporter aux personnes qui souffrent de "Covid long". Cette pathologie n'a d'ailleurs pas encore de nom officiel. Les symptômes des patients sont pourtant bien réels. Laëtitia Heuveline, journaliste à France Bleu Gironde, en souffre depuis plusieurs mois. Témoignage. 

Fatigue très intense

À 35 ans, Laëtitia Heuveline, se découvre dans un autre corps : fatigué, imprévisible et parfois trop lourd à porter. La jeune maman a attrapé le Covid-19 au début de l'épidémie en France, au mois d'avril. Elle n'a pas développé de forme grave de la maladie et pourtant, quelques mois après la guérison, de nouveaux symptômes sont apparus : "Ça commence avec une fatigue très intense, une fatigue inconnue. Rien que de réfléchir à faire à manger c'est insurmontable." Une fatigue qui touche même ses muscles : "Par exemple, à la maison les chambres sont à l'étage. Quand mes muscles ne peuvent pas répondre, je suis obligée d'avoir quelqu'un derrière moi pour me lever les jambes parce que je ne peux pas monter les escaliers. Le fait de lever la jambe est impossible."

Quand mes muscles ne peuvent pas répondre, je suis obligée d'avoir quelqu'un derrière moi pour me lever les jambes.

Au départ, la jeune maman ne fait pas le lien avec le Covid. Les médecins qu'elle consulte assurent même que ces symptômes sont d'ordre psychologique : "Vu que les analyses qu'ils commandent ne présentent pas d'anomalie, pour les médecins, il n'y a pas d'anomalie. Et donc... c'est dans la tête." 

C'est finalement à Nice qu'un spécialiste accepte de la prendre en charge et trouve justement une anomalie après une biopsie musculaire au niveau de la cuisse. Elle suit aujourd'hui un traitement expérimental qui la soulage mais ne la soigne pas encore. "On ne sait pas de quoi demain sera fait. Il y a plein de fois, dans ce parcours, où j'ai été guérie dans ma tête. Je pouvais marcher, danser avec les enfants... Et en fait, ce qui est difficile c'est la rechute d'après", explique t-elle. 

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix

Partager son expérience

La jeune femme décide alors de partager son expérience sur les réseaux sociaux. Elle reçoit de nombreux messages, des témoignages de personnes qui observent les mêmes symptômes post-Covid. Elles aussi, n'ont pourtant pas développé de forme grave de la maladie. Ce sont pour la plupart des femmes assez jeunes, loin des profils des personnes considérées "fragiles" face au virus.

Je me suis dit, qu'effectivement, je n'étais pas folle.

Lors d'un déplacement pour son traitement à Nice, Laëtitia rencontre trois femmes qui souffrent de la même pathologie : "Ça a changé toute ma manière de vivre ce qu'il se passait. Je me suis dit, qu'effectivement, je n'étais pas folle et puis j'avais quelqu'un à qui écrire." Partager son expérience, s'entraider, devient pour elle le meilleur remède. 

Face aux nombreux témoignages, la journaliste a ainsi décidé de créer un groupe de parole sur Facebook : "J'ai du mal à répondre à tout le monde et je me dis que la personne que j'ai aidée le mois dernier peut peut-être aider l'autre personne qui me contacte aujourd'hui. Et cela peut peut-être faire avancer les choses... Je veux que ce soit quelque chose de positif, où l'on partage nos astuces pour aller mieux, un élan de solidarité." 

Pour afficher ce contenu Facebook, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d’utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.

Gérer mes choix
Choix de la station

À venir dansDanssecondess