Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid : où vont les doses de vaccins en Meurthe-et-Moselle ?

-
Par , France Bleu Sud Lorraine

Alors que certains élus et professionnels de santé regrettent le manque de doses de vaccins dans certains centres, nous avons voulu savoir quel est le parcours d'une fiole de vaccin en Meurthe-et-Moselle.

Une fiole du vaccin Pfizer contre le Covid-19
Une fiole du vaccin Pfizer contre le Covid-19 © Radio France - Romain Berchet

Comment sont réparties les doses de vaccin contre le Covid dans le département de Meurthe-et-Moselle ? La question est posée depuis plusieurs jours par certains professionnels de santé et élus locaux. Au niveau national, le ministre de la santé Olivier Véran a promis la plus grande transparence sur la répartition des doses de vaccin à l'échelle du pays, des régions et des départements.

Les hôpitaux font remonter les besoins

Nous avons donc demandé au CHRU de Nancy ce que devenaient les doses de vaccin qu'il reçoit et stocke en tant qu'établissement de référence pour la Meurthe-et-Moselle. Selon Francis Bruneau, directeur-général adjoint de l'hôpital nancéien, qui a accepté de nous répondre, chaque centre-pivot fait remonter ses besoins en doses au CHRU de Nancy.

On en compte six dans le département : le CHRU de Nancy, les hôpitaux de Toul, Lunéville, Pont-à-Mousson, Mont-Saint-Martin et Briey. Le CHRU de Nancy honore ses commandes dans la limite des approvisionnements sous la supervision de la préfecture de Meurthe-et-Moselle et de l'agence régionale de santé. Un système qui a permis par exemple de vacciner plus de 12.000 personnes dans les centres de la Métropole du Grand Nancy.

Moins de doses et plus de centres

Si les doses livrées aux centres de vaccination ont été plus faibles qu'espérées par certains, il y a une explication selon Francis Bruneau, directeur général adjoint du CHRU de Nancy : 

"Il fut un temps où il y avait peu de centres donc ces centres ont reçu une certaine quantité de vaccins. A partir du moment où le territoire est couvert par un maillage de centres, il faut répartir de façon à ce que chacun de ces territoires soit desservi en fonction de sa population."

Le mode de calcul du nombre de doses par centre n'est pas encore arrêté, explique-t-on à la préfecture. Autre difficulté : il manque des doses à l'heure actuelle puisque selon Francis Bruneau, le CHU n'en a reçu que 1950 cette semaine au lieu de 4800 à un rythme normal, suite aux difficultés de Pfizer.

"Ils viennent pour piquer trois fois"

Le maire de Saint-Max Eric Pensalfini réclame de la transparence. Le centre de sa commune ne possède que 30 doses de Moderna par jour à l'heure actuelle : 

"Si on n'a pas une lisibilité des doses à venir, c'est tout le monde de la santé qui va se démotiver. Quand on gère 70 professionnels de santé et qu'ils viennent pour piquer trois fois en une matinée, ce n'est pas acceptable."

La question du nombre de centres de vaccination peut-être aussi posée par rapport au nombre de doses disponibles à l'heure actuelle. On en compte plus d'une dizaine en Meurthe-et-Moselle.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess