Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Covid-19 - Taux d'incidence, hospitalisations : la situation reste fragile en Moselle

- Mis à jour le -
Par , France Bleu Lorraine Nord

Il ne devrait pas encore y avoir de reconfinement en Moselle cette semaine : si la pression hospitalière reste forte, les taux d'incidence restent sous les seuils critiques. La déléguée en Moselle de l'ARS fait un point complet sur la situation ce mercredi.

Siège de l'ARS Grand-Est à Nancy. Agence régionale de Santé. Juillet 2018.
Siège de l'ARS Grand-Est à Nancy. Agence régionale de Santé. Juillet 2018. © Radio France - Thierry Colin

Un nouveau conseil de défense sanitaire se réunit ce mercredi matin à l'Elysée autour d'Emmanuel Macron pour décider d'élargir au nom la liste des 16 départements qui font déjà l'objet d'un reconfinement partiel. La Moselle devrait encore y échapper. Mais si le département n'est pas en phase critique, il est loin d'être tiré d'affaire. Point avec Lamia Himer, déléguée de l'Agence Régionale de Santé. 

Reconfinement écarté (pour le moment) ? 

"Nous ne sommes pas au niveau des critères qui avaient entraîné le confinement des autres régions." En effet, avec 295 cas pour 100.000 habitants (et à 201 pour les plus de 65 ans), le taux d'incidence est loin des 400 cas, voire plus, affiché dans les départements les plus touchés. Néanmoins, il reste, avec l'Aube, parmi les plus élevés du Grand Est. Le virus reste le plus répandu sur "une bande nord" du département, allant du Thionvillois à la Moselle Est, et dans le sillon lorrain. Néanmoins, l'ARS note une augmentation sensible du nombre de cas détectés dans des secteurs plus ruraux, comme le sud du département.

Dépistage haut, positivité basse

"Le niveau de dépistage a fortement augmenté ces derniers jours" note Lamia Himer, avec un taux de positivité de 4,8%, "quasiment l'un des plus bas" dans le Grand Est. Les campagnes pour promouvoir le dépistage ont porté leurs fruits : les Mosellans gardent l'habitude d'aller se faire tester au moindre doute. Il faut ajouter les campagnes de dépistage dans les écoles et à la frontière avec la Sarre.

Point faible : la tension dans les hôpitaux 

C'est le point noir de la situation épidémique en Moselle actuellement : les hôpitaux sont toujours sous tension, avec un taux d'occupation de 94% en réanimation, sachant que les capacités ont déjà été augmentées. "Nous restons dans une situation qui n'est pas très favorable" déplore Lamia Himer. Les transferts de patients, notamment vers Nancy et Strasbourg, ont repris depuis le début de la semaine. 

Vaccinodromes ? L'exemple de Metz 

L'ARS attend toujours des consignes après l'annonce du ministre de la Santé d'implanter 35 vaccinodromes à travers la France. Mais la mise en place d'un centre de vaccination à grande échelle a déjà été testée avec les grands week-end de vaccination organisés au complexe Saint-Symphorien de Metz. "Nous pourrions valablement nous appuyer sur cette structure" assure Lamia Himer.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess