Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Rumeurs de Covid-19 dans les campings des Pyrénées-Orientales : les patrons démentent et se veulent rassurants

-
Par , France Bleu Roussillon

Des campings fermés, confinés, voire des morts de la Covid-19... Les rumeurs les plus folles ont couru ces derniers jours, à tel point que les patrons d'établissements et les autorités sanitaires ont fait un point lundi : sur la douzaine de cas récents dans le département, un seul est un vacancier.

Les gérants de campings des P.-O. doivent garder un mobil-home vacant au cas où un vacancier serait testé positif à la Covid-19
Les gérants de campings des P.-O. doivent garder un mobil-home vacant au cas où un vacancier serait testé positif à la Covid-19 © Radio France - Thirard, Aurélien

Ils ont un protocole sanitaire strict, une procédure à suivre si un cas de Covid-19 était détecté parmi leurs clients, et ils veulent le faire savoir : confrontés à de fortes rumeurs ces derniers jours, les patrons de campings contre-attaquent.

Pour cela, ils se sont appuyés sur l'autorité du Dr Hugues Aumaître. "En huit jours, une douzaine de cas ont été détectés dans les Pyrénées-Orientales", explique le chef du service des maladies infectieuses de l'hôpital de Perpignan. "Pour une large partie d'entre eux, on a pu établir qu'ils avaient séjourné de façon prolongée ou répétitive en Catalogne du sud, dans les délais d'une incubation classique."

Protocole sanitaire strict 

Un seul de ces cas a été détecté sur un vacancier client d'un camping. Toutes les annonces de campings entiers confinés, fermés, voire de morts des suites de la Covid-19 dans le département ces derniers jours étaient totalement infondées.

En ce qui concerne le virus, le danger vient par définition des endroits où la circulation virale est intense, rappelle Hugues Aumaître. "En France, elle est relativement modérée, même si elle est en train d'augmenter. Il y a des signaux, notamment en région parisienne. Mais il y a d'autres endroits du monde où la circulation est bien plus dynamique : outre ces personnes qui sont allées en Catalogne du sud, une personne revient du Mexique."

Ce n'est donc pas des vacanciers qui passent l'été dans le département qu'émane le principal risque de propagation du virus.

Mais pour autant, les propriétaires de campings ont déployé de gros moyens pour assurer la sécurité sanitaire. "On procède à deux désinfections par jour", détaille Manuel Bey, le gérant du camping Les Galets à Argelès. "Tous les espaces communs y passent : les transats, la piscine, les trois aires de jeu... Pour les sanitaires, en plus des deux ménages et des deux désinfections quotidiens, on a mis à plusieurs endroits des pulvérisateurs pour leur permettre de nettoyer la douche ou le lavabo avant utilisation." 

Des actions supplémentaires qui ont un coût : dans le camping de 230 emplacements de Manuel Bey, cela représente un investissement de 15.000 euros et une personne mobilisée à temps plein chaque jour. 

Quelle prise en charge des cas ?

Mais le risque qu'un vacancier contracte le coronavirus est bien réel. Pour éviter toute propagation du virus, et dans le même temps perturber aussi peu que possible la saison touristique, la Fédération nationale de l'hôtellerie de plein air (FNHPA) a établi, en partenariat avec l'hôpital de Perpignan, une procédure sanitaire standardisée pour tous les acteurs de l'hébergement touristique du département

"L'objectif, explique le Dr Hugues Aumaître, c'est d'éviter la désorganisation du système sanitaire dans les Pyrénées-Orientales en cas de cas dans un camping".

Pour éviter par exemple qu'un patron d'établissement n'appelle le 15 ou n'envoie aux urgences un vacancier susceptible d'avoir contracté le virus, chacun doit savoir ce qu'il a à faire. Chaque établissement a désormais un médecin généraliste référent, qui doit être joignable 24 heures sur 24 et 7 jours sur 7. 

"Une fois que le responsable Covid du camping a été informé, il fait intervenir ce généraliste, qui décide s'il faut tester ou pas le vacancier", pointe Manuel Bey, le gérant du camping Les Galets. "En attendant le résultat du test, il est confiné pendant 24 heures dans son hébergement. S'il est positif, l'ARS fait son enquête avec les cas contacts et dépiste les personnes qui doivent l'être. En cas de symptômes, un confinement est prévu dans un lieu dédié, les autres devront rester à leur emplacement d'origine. On est censé avoir un mobile-home vacant pour toute la saison."

Chaque cas ne sera pas forcément rendu public, c'est l'Agence régionale de santé qui décidera d'informer ou non le reste des vacanciers de l'établissement en fonction du nombre de cas détectés.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess