Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour

Crèmes solaires et anti-âge : un ingrédient soupçonné d'être cancérogène en vieillissant

-
Par , France Bleu

Un filtre de protection solaire souvent présent dans les crèmes solaires et anti-âge, l'octocrylène, est soupçonné de devenir cancérogène lorsque le produit vieillit. C'est ce que révèle une équipe de chercheurs franco-américaine ce lundi.

Selon une équipe de chercheurs, lorsque le produit vieillit, l'octocrylène se transforme en benzophénone, un perturbateur endocrinien
Selon une équipe de chercheurs, lorsque le produit vieillit, l'octocrylène se transforme en benzophénone, un perturbateur endocrinien © AFP - Clara Margais

L'octrocrylène fait partie de la composition de nombreux produits cosmétiques : des crèmes hydratantes, autobronzantes, des shampooings mais aussi des crèmes solaires. La molécule est utilisée par des marques comme Garnier, Uriage, Bioderma, la Roche-Posay, Cosmi ou encore L'Oréal. Selon une équipe de chercheurs franco-américaine, ce filtre de protection solaire se transforme en benzophénone, un perturbateur endocrinien, lorsque le produit vieillit. 

Cette équipe de chercheurs a analysé une quinzaine de crèmes et anti-âge achetées en France et aux États-Unis. Elle publie ce lundi les résultats de ses travaux dans une revue spécialisée de la Société américaine de chimie : Chemical Research in Toxicology

Les quinze produits achetés ont subi un procédé de vieillissement accéléré validé aux États-Unis et équivalent à un an passé à température ambiante. Ils ont ensuite été analysés : "Au départ, il y a très peu de benzophénone dans les produits. Mais progressivement, avec le vieillissement du produit, il y a de plus en plus de benzophénone", témoigne le Pr Philippe Lebaron, co-auteur de l'étude à l'AFP. Le biologiste précise également que :

C'est la première fois que l'on montre cette dégradation de l'octocrylène en benzophénone

Pour le biologiste, cette démonstration constitue un argument supplémentaire pour interdire la molécule dans les produits de soins personnels car elle est facilement absorbée par la peau. Pour l'équipe de chercheurs, les produits à base d'octrocrylène, et donc contaminés par de la benzophénone, peuvent constituer une menace pour la santé ainsi que pour l'environnement

La benzophénone est classée comme "peut être cancérogène pour l'homme (Groupe 2B)", par le Centre international de recherche sur le cancer de l'Organisation mondiale de la santé. Chez l'animal, l'exposition à la benzophénone induit des cancers du foie et des lymphomes ainsi que des problèmes dermatologiques

Un danger pour la vie marine

L'octocrylène est aussi accusé d'être néfaste pour la vie marine, en particulier pour les coraux. "Certains fabricants l'ont retiré de leurs crèmes solaires pour des raisons environnementales", constate Philippe Lebaron. Des territoires possédant des récifs coralliens, comme les îles Vierges américains ou la république des îles Marshall, ont déjà interdit l'usage de l'octocrylène dans les produits de protection solaire.

Choix de la station

À venir dansDanssecondess