Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Créteil : "On est en train de casser l'hôpital Mondor pour parisianniser au maximum !"

mardi 5 juin 2018 à 18:53 Par Valentin Dunate, France Bleu Paris

Les hôpitaux parisiens sont-ils favorisés au détriment des hôpitaux de banlieue ? C'est le sentiment des élus du Val-de-Marne et de près de 8000 signataires d'une pétition après la suppression de la greffe hépatique de l'hôpital Mondor de Créteil, transféré à l'hôpital Paul Brousse de Villejuif.

Entrée de l'hôpital Mondor. Créteil. 05.06.18
Entrée de l'hôpital Mondor. Créteil. 05.06.18 © Radio France - Valentin Dunate

Créteil, France

La restructuration de la greffe hépatique du centre hospitalier universitaire Henri-Mondor de Créteil vers l'hôpital Paul Brousse de Villejuif était dans les cartons depuis de nombreux mois. Agnès Buzin, la ministre de la Santé, de passage à Créteil le 18 mai dernier avait d'ailleurs assuré qu'une table ronde serait organisée pour mettre en oeuvre ce changement qui a finalement été décidé sans aucune concertation. Ce service souffre en effet d'un conflit interne entre deux chirurgiens et le 26 mai dernier, le professeur Alexis Laurent a donc adressé un courriel à la direction de l'hôpital expliquant qu'il était le dernier titulaire réalisant les greffes hépatiques à l'hôpital Mondor puisque deux autres professeurs se sont retirés au début mois. Dans ce courriel, ce chirurgien demande s'il peut ou non continuer d'exercer dans ces conditions. La décision de l'AP-HP ne s'est pas fait attendre avec le transfert immédiat du geste chirurgical de la greffe hépatique de Henri Mondor à Paul Brousse à partir du vendredi 1er juin.   

Un hôpital connu dans le monde entier : le professeur Lantiéri y a réalisé la première greffe de visage en 2010 

Les 14 parlementaires (députés et sénateurs) de tous bords politiques, Christian Favier, le président (PCF) du département ainsi que plus d'une dizaine de municipalités mais aussi les syndicats et les personnels soignant estiment que cette décision met en danger l'hôpital mais aussi la faculté de médecine et la recherche à l'université. Ce centre universitaire hospitalier est effet très réputé : c'est là que le professeur Lantiéri avait réalisé la première greffe totale de visage en 2010.  

Si on enlève le pivot, tout risque de tomber, comme dans un château de carte" CGT 

Laurence Cohen, Sénatrice (PCF) du Val-de-Marne se dit "interloquée", "on a l'impression d'assister à un jeu de domino" où des services de pointes disparaissent petit-à-petit. Aujourd’hui, c'est donc la greffe hépatique. "Ce n'est pas n'importe quel service, c'est un service de pointe avec des patients du monde entier qui venaient dans ce service là. Si on enlève le pivot, tout le reste risque de tomber" explique Mario Dos Santos, secrétaire général de l'union syndical départemental CGT de la santé et de l'action sociale.  

Nouvelle manifestation le 21 juin 

Pour le Dr Fabien Cohen, porte-parole de la coordination de vigilance de l'hôpital : "Tous ces gens là (ndlr : les élus, les signataires de la pétition) veulent que reste en banlieue une excellence. S'il n'y a que de l'excellence dans Paris, nous allons avoir une déperdition de plus en plus forte en région parisienne, donc il nous faut un ensemble et cet ensemble est en train d'être démantelé. On en train de casser, de restructurer pour parisianiser au maximum. Et ça, ça nous semble totalement détestable".   

France Bleu Paris a sollicité l'AP-HP qui n'a souhaité répondre à nos questions. Dans un communiqué (publié il y a une semaine), l'AP-HP dit avoir "pleine confiance dans la capacité des deux centres à définir un projet commun ambitieux, sur le plan médical, chirurgical et universitaire adapté aux besoins du territoire et assurant un rayonnement régional, national et européen. La gouvernance de l’AP-HP veillera à ce que cette nouvelle organisation, bénéfique pour les patients, le soit également pour l’avenir des deux centres et leur projet hospitalo-universitaire." 

Une nouvelle manifestation est prévue le 21 juin.

"On est en train de casser l'hôpital Mondor pour parisianniser au maximum"