Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Crise des urgences : les urgentistes de Château-Gontier et Laval en grève ce jeudi

-
Par , France Bleu Mayenne

Les urgentistes de Château-Gontier-sur-Mayenne et de Laval seront en grève ce jeudi, et débrayeront pour certains en début d'après-midi. Ils dénoncent un manque de personnel soignant, comme au niveau national.

L'hôpital du Haut Anjou, à Château-Gontier-sur-Mayenne (illustration).
L'hôpital du Haut Anjou, à Château-Gontier-sur-Mayenne (illustration). © Maxppp -

Mayenne, France

L'immense malaise des urgentistes. Le mouvement de grève national dans les hôpitaux a pris une ampleur inédite, alors qu'une manifestation est prévue jeudi 6 mai à 14h à Paris, en plein congrès des urgentistes. Près de 83 services d'urgences sont en grève, selon le collectif Inter-Urgence.

Partout, les soignants dénoncent un nombre de passages croissant aux urgences, des heures d'attente, des patients "stockés" dans les couloirs, des personnels épuisés. En Mayenne, les soignants des services d'urgence vont aussi se mobiliser, à commencer par les urgentistes de l'hôpital du Haut-Anjou, à Château-Gontier-sur-Mayenne. Certains vont manifester à Nantes, d'autres pourraient débrayer à n'importe quel moment de la journée. 

70 passages par jour aux urgences

Ils ont rejoint le collectif "Inter-Urgences" depuis déjà quelques semaines, et dénoncent une pénurie de personnel. "Aujourd'hui, en 2019, il n'est pas rare qu'il y ait même plus de 70 passages par jour aux urgences", raconte Christine Guillet, secrétaire du syndicat Force Ouvrière. "Qui dit augmentation de l'activité, évidemment, il doit y avoir une augmentation du personnel. Il faut que les ARS l'entendent, il faut que le gouvernement l'entende. Un hôpital, ce n'est pas une entreprise. Il n'y a pas le choix, il faut du personnel si on veut faire fonctionner notre hôpital", ajoute-t-elle.

Il y a des soignants actuellement qui viennent au travail, qui sont déjà épuisés, qui ont des soucis de santé mais qui, pour l'instant, tiennent le coup... Mais ils sont réellement en souffrance. Attention, attention à tout ça, parce que c'est une cocotte-minute en ce moment. Il ne faut pas que ça pète. Soyons entendus parce que là, ça devient extrêmement problématique. — Christine Guillet

Le mouvement de grève se poursuivra jusqu'au 17 juin aux urgences de l'hôpital du Haut-Anjou. Des urgences de qualité, c'est aussi ce que réclament les soignants du centre-hospitalier de Laval. Ils ont prévu de débrayer à 14h ce jeudi pour 5 minutes, devant les urgences. Beaucoup devraient être assignés pour garantir la continuité des soins.

À Mayenne, pas de mobilisation de prévue, selon le syndicat Force Ouvrière, qui prépare une Assemblée Générale, alors que certains services risquent d'être perturbés voire fermés cet été au CHNM.