Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Dans les Landes, les personnels des maisons de retraite pas convaincus du futur plan du gouvernement

mardi 29 mai 2018 à 21:22 Par Valérie Mosnier, France Bleu Gascogne

La ministre de la Santé présente ce mercredi un plan d'action pour les maisons de retraite. Il est notamment prévu la création de 20.000 postes, 430 millions d'euros en trois ans et une infirmière de nuit dans chaque établissement. Dans les Landes, les syndicats et les personnels sont sceptiques.

Une infirmière de nuit dans chaque établissement, c'est important, mais ce n'est pas une priorité selon les syndicats
Une infirmière de nuit dans chaque établissement, c'est important, mais ce n'est pas une priorité selon les syndicats © Maxppp - Bruno Levesque

Landes, France

Quelques semaines après les importants mouvements de grève dans des personnels des établissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), Agnès Buzyn la ministre de la Santé présente ce mercredi son plan d'action. Ce mardi matin chez nos confrères de France Inter, elle en a dévoilé les grandes lignes. La mesure la plus concrète concerne la présence d'une infirmière de nuit dans chaque Ehpad. Ces premières annonces sont ce "sont des petits premiers pas, c'est clairement insuffisant" a réagi le président de l'Association des directeurs aux services des personnes âgées (AD-PA), Pascal Champvert. 

Dans les Landes, les syndicats restent très méfiants, notamment sur le nombre de postes supplémentaires. "On n'attend pas de miracles" résume le secrétaire départemental FO Santé, Alain Arriubergé, "il faut faire un plan de grande envergure sur les années à venir". Sur les 20.000 postes en plus annoncés sur trois ans, il sort la calculatrice : "Il y a a peu près 7.000 Ehpad, ça fait moins de trois postes par établissement, ça ne va pas résoudre les problèmes." Pour l'instant Alain Arriubergé, comme son collègue de la CGT Santé dans les Landes, Yannick Jacobsoone, impossible de savoir quels postes seront concernés. 

Une infirmière de nuit dans chaque établissement

Parmi les annonces qui devraient être faites ce mercredi, celle d'une infirmière de nuit dans chaque établissement. C'est important reconnaissent les agents des Ehpad, mais ce n'est pas priorité. Les besoins sont d'abord sur la journée, pour faire la toilette, apporter le petit-déjeuner... Bref, accompagner le résident. "Quand vous avez un agent qui doit prendre en charge 15 résidents dans une matinée, ça fait une moyenne de 20 minutes par personne..." explique Christelle Duprat, infirmière à l'Ehpad de Morcenx où il y a déjà une infirmière de nuit pour les 30 lits en longs séjours "c'est indispensable pour l'unité médicalisée et à l'Ephad ça permet un confort pour les résidents, parce que parfois on évite le départ aux urgences pour toute la nuit. C'est pas quelque chose de courant, et _les urgences peuvent être gérées par l'aide-soignante et l'ASH en poste_"

"C'est un effet d'annonce ! Une infirmière de nuit, pour faire quoi ? Le besoin actuel c'est d'être plus le matin et l'après-midi ! Une infirmière la nuit, c'est pas la réponse qu'on attend, ça changera rien dans le fonctionnement... Appeler le 15 ? L'aide-soignante est déjà formée pour faire ça !" explique Céline Juan, aide médico-psychologique à l'Ephad du Rayon Vert, à Capbreton.

FO Santé craint également un regroupement des Ehpad et donc des personnels, qui travailleraient alors sur plusieurs sites. Début juin, une infirmière de nuit va se partager entre les maisons de retraite de Gabarret, Labastide-d'Armagnac, Villeneuve-de Marsan et Roquefort.