Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Dossier : Coronavirus Covid-19

Coronavirus : une clinique des Pyrénées-Orientales accueille d'anciens malades pour "réapprendre à vivre"

-
Par , France Bleu Roussillon, France Bleu

La clinique du souffle La Solane accueille depuis deux mois d'anciens malades du coronavirus dans un parcours post-Covid. L'établissement, basé à Osséja (Pyrénées-Orientales) est spécialisé dans la réhabilitation respiratoire. Il a déjà accompagné une vingtaine de patients.

La Clinique du souffle La Solane a déjà accueilli une vingtaine d'anciens malades du Covid.
La Clinique du souffle La Solane a déjà accueilli une vingtaine d'anciens malades du Covid. © Radio France - Suzanne Shojaei

"Ici, on apprend tout", résume Jacky Coll. À 74 ans, le maire de Bolquère est un survivant du coronavirus. "Je me suis vu partir, raconte-t-il, la voix voilée. D'ailleurs, je n'avais pas cette voix avant". Jacky Coll a perdu 30% de ses capacités pulmonaires. Il est aujourd'hui 24h/24 sous oxygène. Mais après une semaine à la clinique du souffle La Solane, à Osséja, il "progresse doucement. Par exemple, ce matin, on a fait une marche de six kilomètres. Je n'aurais pas pu le faire il y a quelques jours encore". 

Des séjours de minimum trois semaines

Jacky Coll fait partie de la vingtaine de patients que la Clinique du souffle a accueilli ces deux derniers mois. Des séjours de minimum trois semaines, durant lesquels d'anciens malades du coronavirus soignent leurs maux, leur moral et réapprennent des gestes de base devenus difficiles

"Je n'avais pas réalisé l'état dans lequel j'étais" - Martine Jordana, une patiente

Les patients viennent de toute la France. Martine Jordana, par exemple, arrive de Toulouse. À 54 ans, elle se bat toujours contre des symptômes tenaces du virus qu'elle a pourtant contracté il y a un an, en mars 2020. 

Martine Jordana termine sa cinquième semaine à la Clinique du souffle La Solane. "À mon arrivée, j'hyperventilais beaucoup. Je ne respirais pas bien. J'ai beaucoup pleuré la première semaine. Et puis j'ai repris le dessus, j'ai écouté les conseils, suivi des ateliers, j'ai fait du renforcement musculaire, de la gymnastique respiratoire..."

"J'ai été prise en charge physiquement et psychologiquement." - Martine Jordana

La clinique mise sur un accompagnement pluridisciplinaire. Des kinés, des diététiciens, des assistantes sociales, des enseignants en activité physique adaptée, et des psychologues. L'accompagnement psychologique apparaît comme l'une des clés du séjour. 

"Certains ont encore des brûlures aux muscles, d'autres ont des douleurs thoraciques, énumère Myriam Dubois, la responsable des soins infirmiers. Nous sommes là pour leur dire que nous les entendons, que nous les écoutons et qu'on va pouvoir les aider." Ces symptômes sont d'ailleurs suffisamment invalidants pour reprendre une activité professionnelle.

Lutter contre de nouveaux handicaps

Pour certains, le coronavirus a tout brisé. "Avant, j'étais en pleine santé", se souvient Martine Jordana. Jacky Coll, lui, a cru mourir dans l'ambulance, sur le chemin de l'hôpital. "Ce sont de vrais traumatismes pour les patients", explique Adriana Castanyer, la directrice de la réhabilitation. 

"Ces patients sont angoissés et perturbés émotionnellement." - Adriana Castanyer, directrice de la réhabilitation

Selon Adriana Castanyer, 20% des malades ayant eu le Covid souffrent encore d'un à deux symptômes, deux mois après l'infection. Six mois après, 10% ressentent encore ces symptômes : manque de souffle, fatigue, troubles du sommeil, confusions, douleurs thoraciques ou musculaires.

Après cinq semaines de soins, la Toulousaine Martine Jordana a fait beaucoup de progrès. "Je n'hyperventile quasiment plus."

"Maintenant, je peux gravir une montagne sans être fatiguée. C'est merveilleux !" - Martine Jordana

Toute entrée à la Clinique du souffle débute par un examen des facultés respiratoires.
Toute entrée à la Clinique du souffle débute par un examen des facultés respiratoires. © Radio France - Suzanne Shojaei
Les patients suivent différentes activités, notamment des exercices musculaires adaptés à leur état.
Les patients suivent différentes activités, notamment des exercices musculaires adaptés à leur état. © Radio France - Suzanne Shojaei
Certaines activités se déroulent en plein air.
Certaines activités se déroulent en plein air. © Radio France - Suzanne Shojaei
Choix de la station

À venir dansDanssecondess