Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Dans une tribune, des élus interpellent le gouvernement sur l’accès aux soins

-
Par , France Bleu

Des élus pressent le gouvernement d’agir sur les déserts médicaux. Ils déplorent que des solutions, comme la télémédecine, "peinent à émerger" en raison de "blocages administratifs".

Les déserts médicaux en France interpellent les élus
Les déserts médicaux en France interpellent les élus © Maxppp - Julio PELAEZ

Dans tribune publiée par le Journal du Dimanche, 120 députés, sénateurs et élus locaux, majoritairement LREM, du centre et LR, interpellent "l'ensemble des pouvoirs publics sur l'accès aux soins des Français".

Selon eux, les "déserts médicaux" est un "phénomène (qui) concerne aujourd'hui plus d'une commune sur trois". Pour ces élus, "les solutions existent, certaines sont mises en place, alors que d'autres, comme la télémédecine, peinent à émerger (...). Pourquoi ?", écrivent-ils, en plaidant pour le développement de la téléconsultation. 

"Il manque des médecins dans une ville sur trois"

De son côté, la ministre de la Santé Agnès Buzyn souligne que "plus de 11.500 téléconsultations ont déjà été réalisées, soit 1.000 par semaine". Elle assure avoir pris le sujet des déserts médicaux "à bras-le-corps" avec "un plan d'urgence dès octobre 2017". 

Selon le ministère de la Santé, "il manque des médecins généralistes dans 11.329 communes de France, soit une ville sur trois".

Même si la télémédecine "est une avancée, c'est un leurre de dire qu'elle réglera tout" estime Patrick Bouet le président du Conseil national de l'ordre des médecins. 

Le projet de loi santé sera examiné au Sénat en juin. 

Choix de la station

France Bleu