Santé – Sciences

Dax : opération de démoustication après la contamination d'un habitant par la dengue

Par Marie Rouarch et Hajera Mohammad, France Bleu Gascogne et France Bleu lundi 23 octobre 2017 à 18:24

Image d'illustration
Image d'illustration © Maxppp - Philippe LAMBERT

Une opération de démoustication est lancée les 25 et 26 octobre, à Dax et à Saint-Paul-lès-Dax, après la contamination d'un habitant par la dengue lors d'un séjour outre-mer.

L' Agence régionale de santé (ARS) de Nouvelle-Aquitaine et la préfecture des Landes annoncent une opération de démoustication sur les communes de Saint-Paul-lès-Dax et de Dax les 25 et 26 octobre, après la signalisation d'un cas de dengue.

Contaminé lors d'un séjour outre-mer

Une personne résidant dans l'arrondissement de Dax a été contaminé par la dengue lors d'un séjour en Nouvelle-Calédonie, précise le communiqué de l'ARS sans mentionner l'état de santé actuel du malade. A priori, il n'est pas contagieux. Mais si cette personne a été piquée par un moustique tigre, l'insecte devient vecteur de la maladie et la prochaine personne piquée peut-être contaminée à son tour.

Opération démoustication préventive

C'est pourquoi les autorités ont décidé de lancer une opération de démoustication, dans les communes où s'est rendu le malade et où une enquête préventive a permis d'identifier la présence potentielle de ces moustiques, soit cinq secteurs au total à Dax (zone du centre hospitalier) et à Saint-Paul-lès-Dax (route de la Bernadère, rue du 14 juillet, chemin de Pouymartet, avenue de la Résistance).

Recommandations de la préfecture des Landes avant l'opération de démoustication à Dax et Saint-Paul-lès-Dax, les 25 et 26 octobre. - Aucun(e)
Recommandations de la préfecture des Landes avant l'opération de démoustication à Dax et Saint-Paul-lès-Dax, les 25 et 26 octobre. - Préfeture des Landes

Ces zones seront traitées d'abord par pulvérisation depuis un véhicule, puis plus ciblées, dans certains jardins notamment. Les autorités assurent que ce traitement insecticide est sans danger mais demande tout de même à la population de respecter certaines mesures de précaution. Une opération similaire avait été lancée en septembre dernier, alors qu'un homme contaminé par le virus chikungunya avait séjourné à Soorts-Hossegor.