Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Baisse des tarifs hospitaliers: les hôpitaux au bord de l'asphyxie

lundi 5 mars 2018 à 12:27 Par Marion Galland et Pierre-Louis Sardi, France Bleu RCFM

La T2A, la tarification à l'activité devrait subir une nouvelle baisse cette année et entrainer une diminution conséquente des revenus des hôpitaux. Elle est pour l'instant estimée à 1,5 millions d'euros pour les établissements de l'île.

Nouveau coup dur pour les hôpitaux
Nouveau coup dur pour les hôpitaux © Maxppp - Maxppp

Corse, France

Les hôpitaux vont encore devoir se serrer la ceinture.

Pour 2018, le gouvernement a en effet décidé une baisse de 0,5% des tarifs hospitaliers (des tarifs qui avaient déjà baissé de 1,6% en 2017), assortie d’un gel de certains crédits de 0,7%. Soit une baisse globale de 1,2%. Les tarifs hospitaliers déterminent le montant des remboursements par l'Assurance maladie aux établissements hospitaliers et donc une grande part de leur budget.

En Corse, cette baisse est estimée à 1,5 millions d'euros, dont 700.000 euros pour l'hôpital de Bastia. 

Un nouveau coup dur pour les établissements hospitaliers publics et privés.

"Le temps de la facilité est derrière nous"

"Ça ne sera pas sans conséquence sur le fonctionnement de l'établissement", a indiqué ce lundi matin le directeur de l'hôpital de Falcunaghja, Pascal Forcioli, qui était invité de la rédaction à 7h50 sur RCFM.

Pascal Forcioli, directeur de l'hôpital de Bastia, "le temps de la facilité est derrière nous"

« Un million et demi sur les hôpitaux de Corse c’est quand même une masse très importante ». Comment alors compenser ces pertes ? « Nous sommes déjà dans un logique d’économies » ajoute Pascal Forcioli, « sur les médicaments avec la substitution des génériques, là il y a une source d’économie. On peut également faire des économies sur nos achats, à chaque fois que l’on renégocie un marché et puis _on peut avoir des gains sur l’organisation du travail c’est ce qui est le plus difficile à faire. Ça veut dire une contraction des postes_, pas forcément une diminution mais il faudra décélérer l’évolution des postes. En sachant que pour l’hôpital de Bastia, entre 2015 et 2017 on a créé une centaine d’emplois. Le temps de la facilité est derrière nous.  » 

Asphyxie

A Falcunaghja où récemment, la CGT avait soutenu une grève de la faim pour obtenir plus de moyens, la pillule passe mal chez la déléguée CGT, Josette Risterucci. « C’est une mesure ultra libérale qui nous entraîne vers un modèle américain ou anglais, _on ne peut pas continuer comme ça c’est absolument impossible, l’asphyxie permanente de l’hôpital public. Je ne sais pas comment on va réussir à maintenir les activités_.» 

Josette Risterucci, déléguée CGT hôpital de Bastia, " une mesure ultra-libérale"

A Ajaccio aussi, Jean Luc Pesce le directeur de l'hôpital de la Miséricorde confirme que cette annonce n'a rien de bon. « Si cela se confirme, ce n’est pas une bonne nouvelle puisque nous allons perdre des recettes ».   

Le 23 mars prochain, les hôpitaux corses seront reçus à Paris pour plaider leur cause.