Retour
Provence-Alpes-Côte d'Azur Corse Auvergne-Rhône-Alpes Grand Est Bourgogne-Franche-Comté Occitanie Nouvelle-Aquitaine Centre-Val de Loire Île-de-France Hauts-de-France Normandie Pays de la Loire Bretagne
  • Toute la France
  • Auvergne-Rhône-Alpes
  • Bourgogne Franche-Comté
  • Bretagne
  • Centre-Val de Loire
  • Corse
  • Grand Est
  • Hauts-de-France
  • Île-de-France
  • Normandie
  • Nouvelle-Aquitaine
  • Occitanie
  • Pays de la Loire
  • Provence-Alpes-Côte d'Azur
Changer de région
Centre-Val de Loire
Changer de région
Corse
Changer de région
Hauts-de-France
Changer de région
Normandie
Retour
Santé – Sciences

Entre 500 et 600 jeunes souffrent de troubles du comportement alimentaire dans le Finistère

Pendant trois jours, six associations informent et sensibilisent sur les troubles alimentaires à l'université de Brest. Pas si facile : Anorexie et boulimie restent taboues parfois jusqu'au rejet.

Anorexie (illustration)
Anorexie (illustration) © Maxppp - Lina Baier / mediadrumworld

Brest, France

Jusqu'à mercredi, six associations de l'UBO, l'université à Brest, organisent une action de prévention des troubles alimentaires, anorexie et boulimie.

C'est une maladie psychologique

A l'initiative de ces trois jours, Léna Mercher, étudiante en deuxième année de psychologie, elle a subi elle-même cette maladie: "J'avais 15 ans quand je l'ai vécu. A la suite de l'infarctus de mon père, je suis tombée malade. J'en ai souffert pendant cinq ans et je m'en remets doucement. C'est long, on passe par des passages douloureux avec sa famille, les médecins, soi-même. La cause n'est pas le régime, c'est un mal-être. C'est une maladie psychologique".

Et ces troubles sont loin d'être anodins : "Oui, on trouve souvent ces troubles du comportement alimentaire. En discutant avec des profs de l'université et des experts, on se rend compte que _ça concerne beaucoup de gens même si ce n'est pas visible_. Pour l'anorexie, on estime que ça touche un garçon pour neuf filles, pour la boulimie, c'est quatre garçons pour six filles. On en parle peu mais les garçons sont aussi concernés."

Ça reste tabou

Et les intervenants sont parfois confrontés à des situations de rejet en voulant informer : _"_Ça reste un peu tabou. En organisant cela, on a des retours parfois négatifs car cela fait peur à certaines personnes de se retrouver confronté à ce problème." Mais les associations persistent : "Ce qui est bien, c'est d'abord de se renseigner sur ces maladies. Il y a des rencontres mensuelles sur le sujet et on voit beaucoup de proches, de parents, de grands-parents qui viennent se renseigner. Je conseille de se sentir concerné par cette maladie quand ça touche un proche et de l'entourer et de l'accompagner."

Choix de la station

À venir dansDanssecondess

France Bleu