Santé – Sciences

De l'iode (aussi) pour la Haute-Vienne

Par Jérôme Edant, France Bleu Limousin mercredi 20 janvier 2016 à 18:27

La centrale de Civaux est à 25 km de la Haute-Vienne
La centrale de Civaux est à 25 km de la Haute-Vienne © Maxppp - Bertrand Bechard

Si les habitants de la Haute-Vienne ne sont pas directement concernés par la distribution de pilules d'iode aux particuliers, un dispositif de protection existe également pour le département, dont les premières communes ne sont qu'à 25 km de la centrale de Civaux.

Qu'on soit à 5, à 10 ou à 25 km d'une centrale nucléaire, le principe de protection immédiate est le même: ingérer un comprimé d'iode pour saturer la thyroïde qui, ainsi, n'absorbera pas l'iode radioactif qui se dégagerait d'une centrale. Si le rayon de 10 km a été délimité, c'est simplement pour une question de rapidité d'absorption de ces pilules. Les autorités estiment qu'il y a suffisamment de temps pour fournir l'iode aux habitants plus éloignés.

Ainsi, pour le département de la Haute-Vienne, les comprimés ne sont pas conservés par les habitants à domicile mais il existe un stock départemental. L'iode est, en fait, stocké par canton et les pilules sont même pré-conditionnées par commune, en fonction de la population de chacune: le nombre d'habitants, bien sûr, mais aussi l'âge car il ne faut pas autant d'iode pour un enfant que pour un adulte.

Pas de communes prioritaires au-delà des 10 km

En cas d'accident à Civaux, la distribution serait donc immédiatement déclenchée en Haute-Vienne car on sait bien (depuis Tchernobyl...) qu'un nuage radioactif ne s'arrête pas aux frontières d'une commune ou d'un département. Mais les communes du nord de la Haute-Vienne, pourtant plus proches de la centrale, ne seraient pas pour autant prioritaires par rapport à celles du sud du département. Si le processus est lancé, ce sera pour tous les haut-viennois en même temps.